Search

Amazônia (1/10) : Aube en forêt

categorie podcast Amazônia (1/10) : Aube en forêt
aube en foret Amazônia (1/10) : Aube en forêt

Le jour se lève dans la forêt amazonienne. Les grenouilles finissent leur longue nuit de symphonie. Emerson est venu appeler les piauhaus hurleurs qui répondent peu à peu à son sifflement. Leur chant peut atteindre les 120 décibels à 1 mètre, le même niveau qu’un moteur d’avion. Les singes zog-zog crient au loin, et un couple de perroquets aras leur répond, plus proche. La journée peut commencer.

La série Amazônia
Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l’aube en forêt à une balade en pirogue, de l’orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile… En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris…) pour faire entendre leur chant. Cette création se décline en 10 podcasts de 3 minutes et une version compète de 32 minutes.

Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau ‘normal’ ou 1 heure d’avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur – comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux – pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5
Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d’un mélange de colons et d’indigènes, installés ici à l’époque de l’exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche. 

Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant. 

Paru en premier sur Arte Radio, plus d’info sur le site

Arteradio.com

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*