Search

Sapho, Alma Elste et Claire Diterzi

categorie sortir Sapho, Alma Elste et Claire Diterzi
1200x630 thumbnail originalphoto 663026459 65973 copie Sapho, Alma Elste et Claire Diterzi

Sapho

Album : J.A.M. (Jalousie, amour, mort)

Publicité

Sapho est issue d’une famille juive et a passé son enfance au Maroc qu’elle a quitté à l’âge de 16 ans. A l’âge adulte elle monte à Paris, où elle s’inscrit en fac de lettres, et y découvre le quartier mythique de Saint-Germain-des-Prés. Elle se découvre une passion pour le théâtre et suit pendant un temps les cours d’Antoine Vitez. Elle auditionne au Petit Conservatoire de Mireille. Sous le pseudonyme de Sapho, en référence à la poétesse grecque, elle signe, en 1977, un premier album chez RCA intitulé ‘Le Balayeur du Rex’. 45 ans plus tard, elle signe JAM, son 17ème album.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Alma Elste

EP : The story of Alma

Le clip de son premier single « Cy » sorti en juin dernier servait de bonne introduction et posait déjà les bases du disque, quelque part entre Cat Power et Feist. Avec « The Story of Alma », Alma Elste vient nous toucher en plein cœur et nous parler avec une douceur extrême d’amour, de renaissance et de nos fragilités. Sa voix, elle la travaille dès ses 14 ans, en découvrant le blues et le gospel, puis en suivant une formation classique et en étudiant le chant lyrique. La production minimaliste du disque est évidemment là pour la mettre en avant. Un piano, quelques nappes, une boîte à rythme et une guitare viennent seulement se glisser ici et là sans jamais oublier que le principal instrument sur ce disque c’est elle.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Claire Diterzi

Concerts

« Je garde le chien et l’Orchestre »

Dans L’Arbre en poche, ma dernière pièce de théâtre musical créée début 2018, j’ai eu plaisir à frotter mon univers à la musique contemporaine – L’Opera forse du compositeur Francesco Filidei. Aujourd’hui, « Je garde le chien et l’orchestre » marque une nouvelle étape d’un parcours que j’ai toujours voulu le plus ouvert et transdisciplinaire possible. À travers mes collaborations avec les chorégraphes (Philippe Decouflé, Dominique Boivin) comme les gens de théâtre (Marcial di Fonzo Bo, Rodrigo Garcia), mon ambition a toujours été de mettre à bas les cloisons et les étiquettes qui séparent et atrophient les esthétiques comme les disciplines artistiques. À commencer par celles qui continuent de distinguer la musique dite “écrite” de ces musiques prétendument “populaires” – distinction dont j’ai personnellement eu à subir les funestes effets lors de mon admission à la Villa Médicis. Étendre le domaine de la chanson, mais aussi détendre l’univers du “classique”. La commande faite par Benjamin Pionnier, directeur de l’Opéra de Tours, de transposer des morceaux choisis de mon répertoire pour un orchestre symphonique a constitué pour moi l’occasion idéale de porter sur mon parcours un regard à la fois synthétique et décalé, et d’offrir à mes chansons un écrin singulier. Avec la complicité de Sylvain Griotto – compositeur et arrangeur non seulement polyglotte (il manie le langage classique aussi bien que l’idiome “pop”) mais surtout polymorphe – et du scénographe et metteur en scène Fred Hocké, il s’est agi de faire saillir la cohérence de ce corpus éclectique : d’ordonner ces chansons suivant un fil narratif et dramaturgique qui, à sa manière, et sans ménager les rebondissements, raconte une histoire. Une histoire qui est d’abord celle d’une voix : tantôt parlée, tantôt chantée, tour à tour gouailleuse, chuchottée, aérienne ou lyrique, elle a toujours été, depuis mes débuts sur la scène punk avec Forguette Mi Note, mon premier instrument d’émancipation.

En concert les 07 et 08/01 à Nantes et le 08/05 à Bayonne.

« Puisque c’est comme ça, je vais faire un opéra toute seule »

Depuis qu’Anya a eu 12 ans les regards ont changé. Ceux des hommes, ceux des femmes. Ceux de ses camarades. Anya est trop intense : elle rit trop fort, elle pleure trop fort. Elle change de couleur de cheveux toutes les semaines et de projets d’avenir tous les mois. Quand dans sa classe de musique, elle a dévoilé son désir d’écrire un opéra, la directrice lui a expliqué que les grandes compositrices, ça n’existe pas. Seulement pour Anja, la musique, c’est sa langue maternelle. C’est le violon de son père, le piano de sa mère, les chansons russes de son grand-père Vassia qui était chef d’orchestre à l’Opéra de Moscou. Notre histoire commence par une grande colère. Une colère d’enfant qui fait claquer les portes et trembler les murs. Une colère russe. Pleine de colères plus anciennes encore. Une colère pour en terminer avec l’injustice, avec les interdits, avec les injonctions à deve–nir autre chose que ce qu’Anya veut être : LIBRE. Puisque c’est comme ça, Anya s’enferme dans sa chambre pour faire son opéra toute seule. Elle convoque l’inspiration : les fantômes du passé, son folklore ancestral tout autant que le riff des guitares électriques de ses idoles contemporaines…
À travers la révolte d’Anya, c’est bien la force d’autonomie d’une toute jeune fille qui nous intéresse. Mais aussi l’assurance que les colères d’enfants, loin de n’être que des caprices, sont parfois d’immenses puissances de réinvention.

__Écrire spécifiquement pour les enfants est une première pour moi. Je suis convaincue, en ce moment plus que jamais, qu’il faut façonner de nouveaux modèles, de nouvelles façons d’appréhender le monde, de le mettre en question, de le lire et d’en proposer la lecture. Pour moi, cette commande est un cadeau du point de vue artistique déjà, mais aussi technique et économique. Il faut dire l’essentiel avec peu de moyens, il faut être « tout-terrain », irriguer les territoires. Ce qui m’intéresse dans cette expérience, c’est d’aborder mes thèmes de prédilection, brûlant d’actualité – l’émancipation individuelle et collective, la transgression, la place de la femme dans la musique, les préjugés – à travers le prisme du regard des enfants, tout en jouant avec les codes de l’opéra, monde bien trop souvent jugé élitiste et inaccessible. Je voudrais que la pièce communique aux enfants une énergie de vie, une vitalité déliée, des envies de liberté, de désobéissance, une envie de chanter, de composer, d’écrire, de faire de la musique et toujours, de cultiver l’autodérision.” 

En concert avec la soprano Anaïs de Faria, les 18 et 19/01 à Carrières sous Poissy, du 20 au 22/01 à Guyancourt et du 24 au 26/01 à Elancourt.

En concert à table

Imaginez Claire Diterzi assise à votre table de cuisine. Imaginez bouilloire électrique, éponge, robinet, venir rejoindre les instruments sortis de la malle à musique de Stéphane Garin, étonnant Géo Trouvetou et professeur Tournesol de la musique contemporaine. Imaginez un concert infiniment petit qui rejoue et déjoue des morceaux choisis du répertoire de Claire Diterzi, dans un jaillissement de sons rythmés, subtiles et malicieux. C’est l’art du duo qui exerce sa fascination sur l’auditoire. Chacun est attentif au moindre son qui plane comme un parfum, au moindre mot susurré du bout des lèvres. Durant 50 minutes, les deux complices vont partager au plus près de la trentaine de personnes présentes (voisins, famille, amis, tous âges confondus), ce geste de création artistique inventive, polymorphe tout en dentelle. Une connivence jubilatoire toute en décontraction et simplicité qui, dans ce même esprit se prolonge tout naturellement en discussions, verres trinqués et dégustation sucré-salé.

En concert le 28/01 à Saint Avertin,du 16 au 18 mars à Villefontaine, le 20/03 à Carrouges et du 22 au 24/03 à Morez.

Podcast paru sur France Inter en premier. Pour retrouver tous les

concerts sur France Inter

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*