Search

Swann Arlaud : « En tant qu’acteur, j’aime être l’ambassadeur des textes de gens qui pensent le monde »

categorie litterature Swann Arlaud : "En tant qu’acteur, j’aime être l’ambassadeur des textes de gens qui pensent le monde"

Nous recevons le comédien Swann Arlaud pour le spectacle « Exécuteur 14 » au Théâtre 14 jusqu’au 16 avril 2022.

Swann Arlaud dans « Executeur 14 » de Tatiana Vialle au théâtre 14, avril 2022 Crédits : Giovanni Cittadini

A partir du texte écrit par Adel Hakim en 1991, Tatiana Vialle signe la mise en scène de cette pièce, confession d’un homme qui a survécu à une guerre civile qui en bien des points évoque la guerre d’Algérie. Cet individu, incarné par Swann Arlaud, n’est au départ ni spécialement politisé ni particulièrement violent. Un homme banal, sans qualités. Par un concours implacable d’évènements, à travers un processus tragique, le fanatisme et la haine latents en lui vont se réveiller.

.
. Crédits : .

Jouer pour recevoir et donner à voir le monde

« En tant qu’acteur, je suis au service de la parole des autres, cette parole qui en même temps me protège. Ce n’est pas parce qu’on est acteur, qu’on a des choses intéressantes à dire, mais on a envie de recevoir le monde, de le restituer, et de le donner à entendre et à voir. On a cette chance formidable d’avoir accès à des textes de gens qui pensent le monde, et on a simplement à les habiter et se laisser habiter par eux. » Swann Arlaud

Un jeu sobre et sincère

« Quand je prépare un spectacle, je vais toujours chercher d’abord en moi-même .Pour interpréter ce texte, j’ai cherché mon propre rythme, et j’ai trouvé qu’il avait un rythme particulier qui pouvait faire penser au rap ou au slam. On est donc parti dans cette direction pour ramener quelque chose de plus contemporain, mais sans aucun artifice ni posture. Le travail de Tatiana Vialle, la metteuse en scène est toujours très sobre, et la sobriété fait également partie de l’acteur que je suis. Je cherche toujours la sincérité, la justesse, et ça ne peut pas se déployer dans quelque chose de totalement extravagant ou burlesque : si je suis sobre, ce n’est pas un choix, c’est juste que je ne sais pas faire autrement. » Swann Arlaud

Un texte brutal mais nécessaire

« Cela fait plus de deux ans que je joue ce texte très dur, et j’ai parfois un peu pitié des spectateurs, parce que moi, quand je sors de scène, je suis soulagé, et je vois bien que les spectateurs eux, ont été affecté par sa brutalité. Je pense qu’il est nécessaire de donner à entendre ces paroles, même si cela semble parfois un peu vain : la culture doit exister et se faire le médium d’autres mondes. » Swann Arlaud

Swann Arlaud au FIFF de Namur, 30/09/2019
Swann Arlaud au FIFF de Namur, 30/09/2019 Crédits : Sylvain LefevreGetty

Archives

Jean Carmet, émission Le bon plaisir, Colette Fellous, France Culture, 13/07/1985

Jean-Quentin Châtelain, émission Une saison au théâtre, Joëlle Gayot, France Culture, 26/03/2017

 Adel Hakim, émission Le pain des français, Brigitte Palchine, France Inter, 24/07/1995

Andrée Chédid, émission Trafic d’influences, Philippe Bertrand, France Inter, 23/10/2010

Bruno Nuytten, émission Remède à la mélancolie, Eva Bester, France Inter, 31/08/2014

Références musicales

Bachar Mar-Khalife, Insomnia

Marc Nammour et Loic Lantoine, Mélopée

Source

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*