Search

Guillaume Herbaut : « Photographier, c’est créer un moment de silence dans le chaos de l’image »

categorie litterature Guillaume Herbaut : "Photographier, c’est créer un moment de silence dans le chaos de l’image"

Rencontre avec le photographe Guillaume Herbaut à l’occasion de son exposition « Ukraine terre désirée », dans le cadre de la 10eme édition du festival photographique L’œil urbain, qui a lieu à Corbeil-Essonnes jusqu’au 22 mai 2022.

Guillaume Herbaut au festival photographique "L'oeil urbain" à Corbeil-Essonnes, avril 2022
Guillaume Herbaut au festival photographique « L’oeil urbain » à Corbeil-Essonnes, avril 2022 Crédits : Stéphane Gautier

Parallèlement à des commandes pour la presse, le travail documentaire de Guillaume Herbaut le conduit dans des lieux chargés d’histoire, dont il interroge les symboles et la mémoire afin d’en révéler les drames. Cette exposition regroupe des photographies prises durant 20 ans en Ukraine, où il se rend depuis 2001. Un pays dont l’histoire lui a permis d’explorer différentes narrations et de réfléchir sur le photojournalisme aujourd’hui.

Retrouvez toutes les informations sur le festival ICI.

Le monument aux morts de Savur-Mohyla - 5 octobre 2014 - 16h55
Le monument aux morts de Savur-Mohyla – 5 octobre 2014 – 16h55 Crédits : Guillaume Herbaut

Réapprendre à regarder après Tchernobyl

« Je viens d’une photographie humaniste française, en noir et blanc, avec des règles qui étaient liées à « l’instant décisif » d’Henri Cartier-Bresson. Mais, en ce qui concerne Tchernobyl, on n’était pas dans l’instant décisif, on était 15 ans après la catastrophe. Il a fallu que je réapprenne à regarder. Tchernobyl, et plus largement l’Ukraine, m’ont appris à changer ma pratique photographique et à regarder le monde autrement. Je voulais raconter ce mal invisible, cette douleur constante qui peut rendre fou, et très vite je me suis dit qu’il fallait que je fasse des images extrêmement simples, et que je ne me fasse plus plaisir dans la photographie. Il fallait que je sois dans le constat, dans le temps arrêté et dans la radioactivité. » Guillaume Herbaut

Se méfier de ses souvenirs

« Pour cette rétrospective, comme pour le livre que je vais publier, je me fais aider pour choisir les images, parce que je pense qu’il faut prendre énormément de recul sur un travail de plus de 20 ans. Il faut qu’une autre personne regarde mes photographies d’une façon plus froide que moi, car quand je vois mes images, je ressens ce que j’ai vécu. Il faut que je fasse très attention à mes souvenirs. » Guillaume Herbaut

L’importance du silence

Ce qui m’intéresse dans la photo, c’est le silence qu’elle dégage. Une bonne photographie, c’est une photographie qui va nous mettre dans un état de réflexion et nous laisser aller dans notre pensée intérieure. Je pense que le silence est la première étape pour réfléchir. On vit dans un monde où le silence fait peur, justement parce que le silence, c’est l’intelligence, le moment durant lequel on va réfléchir et prendre le temps de regarder les choses tranquillement. Mon travail de photographe, c’est de créer un moment de silence dans le chaos de l’image. Guillaume Herbaut

Starobilsk au Donbass, 16/12/2014.13h29 Dans un des dortoirs du quartier général du bataillon Aïdar
Starobilsk au Donbass, 16/12/2014.13h29 Dans un des dortoirs du quartier général du bataillon Aïdar Crédits : Guillaume Herbaut/ Agence Vu

Archives

Témoignage anonyme (au sujet de la catastrophe de Tchernobyl), émission Ephémérides, 29/04/1986

Patrick Zachman, émission La grande table, Olivia Gesbert, France Culture, 10/11/2021

Henri Cartier-Bresson, émission Entretiens avec, Véra Feyder, France Culture, 02/08/1969

Extrait

Stalker, film d’Andreï Tarkowki, 1979

Références musicales

Kalush, Do Domou

Mariana Sadovska, Love

Source

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*