Search

Michel Ocelot : « Dans mes films, les personnages sont inventés, mais leurs sentiments sont les miens »

categorie litterature Michel Ocelot : "Dans mes films, les personnages sont inventés, mais leurs sentiments sont les miens"

Nous recevons le réalisateur Michel Ocelot pour la rétrospective « Les mondes animés de Michel Ocelot » que lui consacre Le musée du Louvre jusqu’au 8 mai 2022.

Michel Ocelot Crédits : Michel Ocelot

L’auditorium présente une rétrospective intégrale des films de Michel Ocelot, courts et longs métrages, à l’occasion de l’exposition Pharaon des Deux Terres. L’épopée africaine des rois de Napata. Cette exposition retracera l’épopée africaine des rois de Napata, dans le Hall Napoléon du musée du Louvre du 28 avril au 25 juillet 2022, au sein de laquelle seront diffusés plusieurs extraits du conte Pharaon !, conçu autour des pharaons kouchites. Ce conte est issu de son prochain film Le Pharaon, le Sauvage et la Princesse, coproduit par le musée du Louvre, qui sortira en salles le 19 octobre 2022.

Retrouver toutes les informations ICI

Films de Michel Ocelot
Films de Michel Ocelot Crédits : Michel Ocelot

Du gribouillage au personnage

« Le crayon est une chose incroyable qui ne fonctionne qu’avec le cerveau humain. Une ligne, il n’y a que les humains qui peuvent la comprendre, grâce à leur cerveau qui fait ce travail de reconnaissance et de compréhension. D’ailleurs, le cerveau humain aime ce travail, c’est pourquoi on préfère le croquis enlevé de l’artiste à sa peinture très soignée.

Quand je dessine, je me sens toujours comme quand j’étais petit : parfois je trouve mes dessins complètement nuls, et d’autres fois je suis étonné et ravi par le résultat. En fait, je continue à fonctionner de cette manière, je gribouille et quelque fois, la magie opère et le personnage prend vie. » Michel Ocelot

Partager et jouer avec le public

« Je suis vraiment là pour transmettre mon métier, et je ne cache rien. Je montre la façon dont j’invente une histoire avec des bouts de papier, et je propose au public de jouer avec moi. On fait « comme si », tous ensemble et même si, au départ, tout est inventé, on finit par croire aux personnages, tout simplement parce que les sentiments sont vrais. » Michel Ocelot

Musiques et images se suffisent à elle-mêmes

 » J’utilise assez peu la musique dans ma vie privée, mais je l’utilise avec passion dans mes films. J’ai des idées très précises sur ce que je veux, et je le veux vraiment. La musique que Gabriel Yared a composée pour Azur et Asmar m’a enchanté. Il m’arrive parfois d’enlever quelques musiques, parce que n’aime pas quand la musique dicte les émotions que pourraient susciter les images. Par contre, quand une musique est émouvante, elle se suffit à elle-même, il ne faut pas y ajouter d’images. En fait, en ce qui concerne l’émotion, il faut choisir entre la musique et l’image, mais ne jamais utiliser les deux en même temps. » Michel Ocelot

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Gérer mes choix

Extraits

Princes et princesses, film de Michel Ocelot, 2000

Kirikou, et les hommes et les femmes, film de Michel Ocelot, 2012

Dilili à Paris, film de Michel Ocelot, 2018

Références musicales

Gabriel Yared, La chanson d’Azur et Asmar

Les ballets africains de Keita Fodeba, Minko Soya

Source

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*