Search

Maxwell Farrington & Le Super Homard, Lewis Evans et Les Nouveautés Nouvelles

categorie sortir Maxwell Farrington & Le Super Homard, Lewis Evans et Les Nouveautés Nouvelles
1200x680 laurent goumarre Maxwell Farrington & Le Super Homard, Lewis Evans et Les Nouveautés Nouvelles

Côté Club, le rendez-vous de toute la scène française et plus si affinités. Une heure pour faire le tour de l’actualité musicale et plus encore. Quand la musique rencontre les arts, du cinéma à la BD, du théâtre à la littérature. Bienvenue au Club !

Maxwell Farrington et le Super Homard

EP : I had it all

Maxwell Farrington & Le SuperHomard cultivent un goût certain pour les compositions aux arrangements subtils et pour une pop tout à la fois intemporelle et actuelle. Au-delà de cette élégance, au-delà de ces chansons solaires, au-delà encore de ce chant majestueux, le sentiment profond que la musique est avant tout une histoire de rencontre, …et de partage. Dès nos échanges initiaux avec le duo, nous en avions la certitude : « Once » * était un premier album au titre trompeur. Il n’a jamais été question de boucler l’affaire si rapidement, de tutoyer les sommets et de plier bagage. « Our time alone, our finest hours are spent » chante Maxwell Farrington en ouverture. Nous n’en croyons pas un traître mot. Enregistré à l’automne dernier au détour d’une tournée, « I Had It All » délivre 6 nouveaux trésors, 6 nouvelles preuves du talent éclatant de nos musiciens, sans doute encore plus remarquable sur un format court.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Gérer mes choix

Lewis Evans

EP : L’Ascension

Les Nouveautés Nouvelles avec Hey Hey My My, Cymbaline et Uto

Hey Hey My My : Amber Alerts

Un groupe parisien de la scène pop indépendante du début des années 2000 !

HHMM soit deux Julien (Garnier et Gaulier), le genre de musiciens à se précipiter à la lettre B dans les bacs des disquaires : B comme Beatles, Beach Boys… Avec un coup d’œil sur le Y pour Neil Young.

Deux albums au compteur pour HHMM, et une solide réputation de mélodistes

Leur dernier disque « British Hawaïi » était sorti pile au moment du premier confinement

On l’a donc beaucoup écouté à la maison mais peu entendu sur scène.

Le binôme revient avec deux titres, dont « Amber Alerts » qui peut se traduire par « alerte enlèvement »

En préambule d’un nouvel album « High Life » attendu pour janvier 2023 si une comète ne vient pas s’écraser sur terre d’ici là comme ils disent chez leur label Vietnam.

Cymbaline : Nothing To Left Try

C’est le titre d’une chanson de Pink Floyd sur l’album « More », la BO du film de Barbet Schroeder en 1969, une chanson qui raconte un cauchemar,

C’est en tout cas le nom que se sont choisi Florian et Cyriane en 2008

Ils ont été rejoints depuis par trois autres musiciens, et point de mauvais rêves entre eux cinq mais plutôt l’utopie de retrouver cette innocence fantasmée des sixties

Ils y parviennent plutôt bien, avec la puissance des productions d’aujourd’hui, avec des chansons bilingues qui explorent les émotions du passage à l’âge adulte, avec des guitares qui s’emballent.

Cymbaline donne à entendre une autre facette de cette pop, celle qui s’aventure doucement vers le psychédélisme

 « Façade », leur premier EP sort vendredi et Cymbaline sera en concert le 03/06 au Pop-Up du label à Paris.

Uto : Souvent Parfois

Avec une musique difficile à cerner mais facile à aimer

Au carrefour du mainstream et du chelou comme ils disent

Quelques informations, UTO c’est Emile et Neysa

Ils se seraient rencontrés en 2013 dans un bunker militaire.

Elle tombe amoureuse de lui tout de suite, mais passe trois années à le fuir et à poster des poèmes sur Soundcloud

Lui, a finalement laissé tomber son premier groupe St Michel pour composer avec elle, des chansons labyrinthiques, qui montent et qui descendent comme les escaliers dans les dessins d’Escher

Vous l’avez compris, Uto travaille à sa légende, ils vivent et travaillent

Dans une cabane-studio près d’un château qui a d’abord hébergé les plaisirs érotiques de Pierre-Antoine Berryer avant de se transformer en labo d’amphétamines pendant la seconde guerre mondiale.

Mais soigne aussi ses compos, avec un tropisme pour le Jupiter 6 et le mellotron. Ils seront en concert à Rock en Seine le 25/08.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Gérer mes choix

Podcast paru sur France Inter en premier. Pour retrouver tous les

concerts sur France Inter

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*