Search

Serpent, Perez et Les Nouveautés Nouvelles

categorie sortir Serpent, Perez et Les Nouveautés Nouvelles
Serpent, Perez et Les Nouveautés Nouvelles

Serpent

EP : Dysfunktion

Publicité

En mai 2019, Lescop se retrouve en salle de répétition avec son batteur habituel, Wend¥ Kill, les deux guitaristes Martin Uslef et Adrian Edeline, le bassiste Quentin Rochas, tous issus d’un collectif de jeunes musiciens éclectiques et hyperactifs. Ensemble, sous le nom de Serpent, ils font jaillir les titres comme des fluides venimeux trop longtemps retenus. La vitesse, l’intensité, et une nouvelle forme d’urgence, les guident dans cette jungle sonique quelque part entre Talking Heads, ESG, Devo ou les Public Image Limited. Tous ont aussi en tête les répliques contemporaines de ces chocs thermiques, ce funk froid, des Canadiens de Crack Cloud, Pottery, ou le punk hédoniste et romantique de LIFE et HMLTD. Serpenter autour de cet arbre généalogique leur convient, surtout avec la tension du monde alentour, la confusion qui domine et cette nécessité́ impérieuse d’écrire sur la brèche, loin de tout romantisme, le feu aux trousses et dans l’hypnose du moment. Avec Robin Leduc à la production, ce quintette entêté́ fait des étincelles sur ces quatre titres qui donnent l’impression d’un puzzle mal taillé dont on aurait emboité les pièces à coups de marteau. Avec une méthode intuitive qu’on pourrait comparer aux Stratégies Obliques de Brian Eno, faite de contraintes et d’astreintes, ils se sont ainsi lancés des défis parfois absurdes, tout doit sortir d’un jet, sans réflexion et de la manière la plus brutale possible. Avec l’anglais comme première langue, cette fois Lescop s’est aussi donné pour contrainte d’aller à l’essentiel, vers la scansion plutôt que vers la chanson, le chant sensoriel et hypnotique comme autant de flashs dans la nuit et de slogans bombés à la hâte.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Perez

Album : Rex

Après le EP « Sados » sorti en février, Perez poursuit son exploration de l’idée de méchanceté avec « Rex », album-concept se proposant de faire le portrait d’un personnage malveillant à travers ses états d’âme et certains épisodes de sa vie. Pour la première fois, le chanteur s’accompagne de sonorités acoustiques, cordes et piano en tête, bien qu’elles demeurent constamment travaillées par des saillies électroniques. « Rex » possède aussi la particularité d’avoir été créé dans le contexte d’une exposition, « Arder Havir », qui se déroule du 23 avril au 9 juillet au centre d’art le Micro Onde à Vélizy . Perez y fait dialoguer l’album « Rex » avec des installations qui mêlent vidéo et sculptures.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Les Nouveautés Nouvelles : Oh Tiger Mountain, Grand Garçon et Tristesse Contemporaine

Oh Tiger Mountain : Akureyki / Keplavik

On la découvre baroque, doucement dérangée avec les chansons de Oh Tiger Mountain,

Alias Mathieu Poulain, un compagnon de musique de French 79 et Kid Francescoli cités plus haut, un musicien à l’écriture plutôt rock mais toujours bousculée par des arrangements décalés, ici, ce sont des sifflets brésiliens, un solo de saxo aussi collant que ceux des années 80, les secousses de vieilles boîtes à rythmes…

Du coup, difficile de dater la musique de ce tigre-là,

Avec cette réverb sixties sur sa voix de crooner et un esprit DIY très nineties

Une musique pour voyager dans le temps, une musique de nostalgie et de dystopie, excentrique et accueillante, on s’y sent totalement à l’aise, presque chez soi

Son nouvel EP sort vendredi et il sera en concert à Tourcoing ce soir-là.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Grand Garçon : Apnée

C’est le pseudo de ce jeune homme qui tient à garder l’anonymat.

On sait juste qu’à la fin du 20ème siècle, il se produisait dans Why Silicone ? un duo de DJ avec le plasticien Jean-François Guillon, dans des galeries parisiennes d’art contemporain.

Nos invités de ce soir, Perez et Serpent, risquent de reconnaitre dans ce Grand Garçon, un des leurs.

Comme eux, il aime croiser les rythmes et les sons électroniques avec des guitares nerveuses et avec une voix qui murmure des horreurs à l’oreille.

Ainsi, GG a publié en mars une reprise très personnelle de « Sans Contrefaçon » de Mylène Farmer, en mode cagoule et arrestation musclée sur le périph…C’est à voir sur les internets.

Le titre que j’ai choisi de vous faire écouter ce soir, c’est « Apnée », un drame sous-marin sur fond de coldwave, la mer est froide mais on a quand même envie de plonger !

C’est un des 5 titres du nouvel EP de Grand Garçon, il s’intitule « Deux », il est produit par Guilhem Hatt et il sort également vendredi prochain sur le label irlandais New Sinister.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Tristesse Contemporaine : Rude

Le trio Tristesse Contemporaine, effectue un virage musical après plus de 10 ans à pratiquer un post punk halluciné, sur trois albums de plus en plus réussis.

Il se tourne vers le dancefloor avec un nouveau titre aussi obsédant que dansant.

Il y a eu des précédents dans l’histoire de la pop, tel New Order se réveillant, des fourmis dans les jambes après la dépression Joy Division.

Cela faisait 5 ans que Tristesse Contemporaine n’avait rien publié, le suédois Léo Hellden, la japonaise Narumi Hérisson et le chanteur anglais d’origine jamaïcaine Mau avaient chacun des projets à mener en solo

Aujourd’hui, le trio parisien a choisi de collaborer avec le producteur Lewis Ofman et de rentrer dans l’été avec un titre nocturne à souhait, où il est question de paradis perdu et retrouvé !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Podcast paru sur France Inter en premier. Pour retrouver tous les

concerts sur France Inter

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*