Search

Céline Devaux : « Dans ce film, j’ai voulu donner un accès direct aux mots qu’on a dans la tête »

categorie litterature Céline Devaux : "Dans ce film, j’ai voulu donner un accès direct aux mots qu’on a dans la tête"

Tout le monde a toujours aimé Jeanne (Blanche Gardin), mais aujourd’hui, elle se déteste. Surendettée, elle doit se rendre à Lisbonne et mettre en vente l’appartement de sa mère disparue un an auparavant. À l’aéroport elle tombe sur Jean (Laurent Lafitte), un ancien camarade de lycée fantasque et quelque peu envahissant.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Partager sa honte, un geste généreux

« J’aime beaucoup parler de honte, car je me suis rendue compte que dans la vie, la plupart des anecdotes particulièrement humiliantes étaient celles que l’on préférait raconter et qui étaient les plus drôles à entendre. De plus, la honte est un sentiment spécifiquement humain et du coup, je trouve ça extrêmement touchant, car ce sont des moments qui peuvent être très drôles, mais aussi d’une fragilité immense. Quand on accepte de raconter sa honte, on partage beaucoup avec l’autre : c’est un geste généreux. » Céline Devaux

Publicité

Le cinéma et le dessin pour faire entendre et voir les pensées

« Dans ce film, j’ai voulu faire entendre la voix qu’on a dans la tête quand on vit un moment, notamment de honte, mais je voulais qu’on la voie également, donc je l’ai dessinée. Je pense que le postulat du cinéma est de ne pas être au contact de l’intériorité d’un personnage, et ce que j’ai voulu faire, c’est donner un accès direct aux mots qu’on a dans la tête. Montrer un personnage pour lequel il n’existe aucune synchronicité entre ce qu’il vit et ce qu’il pense, c’est un ressort comique extraordinaire. » Céline Devaux

L’amour familial, l’élément fondateur de tout individu

« Pour moi, la famille, c’est un drôle de laboratoire. J’ai remarqué qu’on se méfait beaucoup des gens qui rompaient avec leur famille, car même s’ils ont été très blessés, très rejetés, on les soupçonne toujours d’avoir fait quelque chose et d’en être coupable. En fait, on a dû mal à accepter que la famille se sépare, car dans une famille, il y a cette chose très étrange qui est que des adultes cohabitent et s’entendent, même s’ils ne sont absolument pas d’accord, ce qui n’est pas vrai dans la vie. Ce vœu d’amour et de tolérance, qui se fait parfois au sacrifice de beaucoup de choses, est assez unique. En fait, l’amour familial est un élément fondateur que l’on recherche en miroir toute sa vie d’adulte. » Céline Devaux:

Z Céline Devaux : "Dans ce film, j’ai voulu donner un accès direct aux mots qu’on a dans la tête"

Céline Devaux
Céline Devaux

– Vincent Prades

Archives

Blanche Gardin, émission Popopop, Antoine De Caunes, France Inter, 07/06/2018

Michel Houellebecq, émission Du jour au lendemain, Alain Veinstein, France Culture, 4/11/1994

Références musicales

Flavien Berger, variations dandelion i

Extrait de la BOF Tout le monde aime Jeanne de Flavien Berger

Gérard Lenorman, Voici les clefs

Flavien Berger & Aja,  Bailando de Paradisio

Miel de Montagne, Tomber sur toi

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*