Search

Jane Sautière : « Je crois que l’écriture est une aventure corporelle »

categorie litterature Jane Sautière : "Je crois que l’écriture est une aventure corporelle"

Jane Sautière a vécu son adolescence à Phnom Penh de 1967 à 1970. De cette époque, elle ne conserve que des fragments, des souvenirs flous et imprécis de ses camarades de lycée et d’un grand amour avant que la violence des événements historiques ne les rattrape.

Corps flottants a paru aux éditions Verticales

Publicité

9k= Jane Sautière : "Je crois que l’écriture est une aventure corporelle"

.
.

Pour écrire, il faut être curieux

« J’ai l’impression de ne pas pouvoir me mettre à écrire si je n’ai pas été traversée par quelque chose qui va m’attraper et avec laquelle je vais essayer de m’avancer dans une voie ouverte à des expériences physiques ou mémorielles, à des feedbacks, ou à des mots qui m’engagent à faire une traversée avec eux. L’écriture est une forme de curiosité qui pousse à aller vers cet insu, quelques fois avec beaucoup d’appréhension. Je me rends compte au fur et à mesure du temps qu’on fait le choix de savoir avec une sorte de discernement et qu’on choisit les obstacles à sa mesure. » Jane Sautière

La déchirure des départs

« Dans ma vie il y a eu beaucoup d’arrachements. Mon père a beaucoup travaillé à l’étranger, et j’ai réalisé, en écrivant ce livre combien il était difficile pour les enfants d’être trimbaler d’un pays à l’autre. Ca a créé un déchirement et une déchirure dans mon psychisme et dans mon corps. L’arrachement est une figure récurrente pour moi. J’ai dû quitter mon amour, puis j’ai quitté le Cambodge pour le rejoindre. J’étais très heureuse de le retrouver, et là, une chose très pernicieuse s’est nouée, car je n’ai à aucun moment voulu concevoir ce que je quittais. Les choses sont devenues plus compliquées, parce que c’est le Cambodge qui nous avait donné cet amour-là. » Jane Sautière

L’écriture ne peut être un médicament

« Le romanesque, c’est une sorte d’empoignade avec ses propres problématiques d’écriture, puisque, justement, Je n’écris pas de roman. Je me refuse de le faire, parce que je ne veux pas travailler les questions d’un imaginaire que je construirais. Je travaille à partir d’impressions, de grands moments de flux qui passent à travers moi, et c’est ce qui m’intéresse dans l’écriture. De plus, je refuse totalement l’écriture thérapeutique, pour moi, l’écriture n’est pas un médicament. L’écriture me procure des moments intense de vie, et je n’en fait pas quelque chose qui me sort du monde. » Jane Sautière

Archives

Jacques-Henri Lartigue, émission Les après-midi de France Culture, 24/05/1976

Rithy Panh, émission Affinités électives, Francesca Isidori, France Culture, 17/03/2005

Camille de Toledo, émission L’heure bleue, Laure Adler, France Inter, 03/09/2020

Marguerite Duras, archive de 1980 diffusée dans l’émission Jeux d’archives, Antoine Perraud, France Culture, 28/04/2007

Références musicales

Sinn Sisamouth et Ros Sereysothéa, New generation youth

Bee Gees, I started a joke

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*