Search

Stupeflip et Luv

categorie sortir Stupeflip et Luv
1200x630 thumbnail tmp 2022091515203329931 Stupeflip et Luv

Stupeflip

Album : Stup forever

Publicité

C’est les muscles bandés sous son masque que Stupeflip revient aux affaires. L’évidence est encore une fois portée par King-Ju (a.k.a Julien Barthélémy), debout sur ce qu’il reste d’une France et d’un monde en quenouilles : le Stup ne mourra jamais, vous entendez. Stup Forever, c’est d’ailleurs le titre de ce cinquième album à venir qui vient rappeler la puissance millénaire de ce projet porté, fièrement et les yeux rouges depuis 2000, par un homme dont on ne soulignera jamais à quel point il est une exception, au sens propre du terme. En un peu plus de 20 ans, et accompagné de ses acolytes Cadillac et MC Salo, King-Ju aura réussi l’exploit de continuer à danser loin de la meute, toujours fidèle à ceux qui lui auront ouvert la voix. On parle ici d’une joyeuse faune aphone (à force de gueuler) et qui regrouperait Bérurier Noir (pour l’énergie), Bashung, Booba (pour les mots les deux), Jacno (pour la classe), Dupontel (pour rire) Akhenaton (pour le flow tranchant) ou encore les Residents (pour le refus de paraître).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Luv

EP : They used to call witches

Plus qu’un projet musical, LUV est une seconde chance pour Elodie. Et même une seconde vie. À 40 ans, comme de nombreuses personnes de sa génération, elle ne se sentait pas à sa place. Après une jeunesse d’athlète de haut niveau passée à parcourir les circuits de France et d’Europe au volant de son BMX, Elodie cherche sa place, part en voyage pour quitter un cocon familial fusionnel et tenter d’exister par elle-même. Elle rencontre finalement la musique en même temps que l’amour, à 20 ans, avec un DJ/producteur de techno dans l’univers des free parties. “Ça a été une révélation parce que j’avais toujours voulu faire de la musique, mais je n’avais pas assez confiance en moi. ”Après une période d’observation, elle commence à construire ses premiers morceaux (à 160BPM !) à l’oreille et se lance quelques mois plus tard dans des lives. “C’était étrangement fluide, j’ai commencé à créer, sans avoir aucune notion de musique.”

Entre un premier EP et un album à venir, Luv a sorti ce second EP They used to call witches… avant l’été.

Podcast paru sur France Inter en premier. Pour retrouver tous les

concerts sur France Inter

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*