Search

Mia Hansen-Løve, un cinéma en quête de vérité et de clarté

categorie litterature Mia Hansen-Løve, un cinéma en quête de vérité et de clarté

Sandra (Léa Seydoux) jeune mère célibataire rend souvent visite à son père malade, Georg (Pascal Gréggory). Alors qu’elle s’engage avec sa famille dans un parcours du combattant pour le faire soigner, elle fait la rencontre de Clément (Melvil Poupaud), un ami perdu de vue depuis longtemps…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Quand le langage ne circule plus

« En général, dans mes films, les gens circulent énormément. Dans celui-ci, il y a quelque chose qui n’est pas anodin dans le fait de le commencer par cette porte qui ne peut pas s’ouvrir. J’associe cela avec le langage qui se perd aussi du côté du père de mon héroïne. Il y a quelques années, je n’aurais jamais pu imaginer faire un film sur une personne atteinte de démence à cause d’une maladie dégénérative. Tous mes personnages n’étaient pas forcément bavards, mais j’étais toujours dans une recherche de clarté par rapport au langage. C’est vraiment la maladie de mon père qui a, en partie, inspiré le film, qui m’a bouleversée, mais qui a aussi bouleversé mon écriture. » Mia Hansen-Løve

Publicité

Rechercher la vérité sans jamais l’atteindre

« Dans mes films, je suis dans une quête de vérité, et en même temps cette vérité ne peut pas se prouver. S’il y a une vérité, on ne peut pas l’asséner et l’imposer, on peut juste la rechercher humblement, en sachant que jamais on ne l’atteindra vraiment. Cela n’empêche pas que cette quête vaille le coup. En même temps, je cherche la lumière, et je crois que toute la tension de mes films réside dans cette fausse opposition entre la recherche de lumière, de clarté, et la recherche de vérité. » Mia Hansen-Løve

Z Mia Hansen-Løve, un cinéma en quête de vérité et de clarté

Mia Hansen-Løve
Mia Hansen-Løve

– Judicaël Perrin

Le cinéma est aussi un art de vivre

« Un film, c’est ce qu’il est sur la pellicule, mais c’est aussi la façon dont on le vit. L’expérience qu’on en fait n’est pas moins profonde que l’image finale. Je pense que la qualité des relations que l’on a avec les comédiens, la façon dont on regarde le monde participe de ce qu’on retrouve dans les scènes. Pour ma part, si ne n’aimais plus tourner, si je n’avais plus aucun plaisir à travailler avec les comédiens et si filmer n’était plus qu’une formalité qui ne m’intéressait que par le résultat final, le sens même du cinéma se perdrait. » Mia Hansen-Løve

Extraits

Un beau matin, film de Mia Hansen-Løve (2022)

Archives

Jean Duprat, émission Les savanturiers, Fabienne Chauvière, France Inter, 24/04/2021

Jane Campion, émission Boomerang, Augustin Trapenard, France Inter, 29/11/2021

Roland Barthes évoque le travail de deuil à l’intérieur du texte ‘ Pour un tombeau d’Anatole ‘ de Mallarmé. Archive INA du 22 décembre 1975

Références musicales

Jan Johansonn, Liksom en Herdina

Sebastian Reynolds, Diving board

Schubert, Sonate n°20 en la majeur

Jan Johansonn, Klara stjärnor

Jimmy Scott, Nothing compares 2U

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*