Search

C’est Pas Versailles Ici !

categorie environnement1 C’est Pas Versailles Ici !

Campagne C’est Pas Versailles Ici !

Pour l’arrêt de la publicité lumineuse.

à partir du 17 octobre.

couverture site min C’est Pas Versailles Ici !

Alors que des millions de personnes vont avoir des difficultés financières pour se chauffer cet hiver, et que des coupures de courant sont à craindre, il n’est pas entendable de laisser des commerces et des panneaux éclairés à des seules fins de publicité, et ce, quelle que soit l’heure. Une meilleure répartition de l’énergie est nécessaire.

1️⃣ L’extinction des façades, enseignes, vitrines et écrans lumineux de tous les commerces dès leur fermeture, et l’extinction des intérieurs dès l’inoccupation des locaux.

2️⃣ L’extinction complète de l’ensemble des panneaux publicitaires lumineux (notamment les écrans numériques) dans l’espace public, et ce quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit (éteint… ÉTEINT quoi).

Concrètement, nous demandons :

à l’État d’interdire les publicités lumineuses pendant l’hiver 2022-2023 : l’article 16 du Code de l’énergie, prévoit qu’ “en cas de menace pour la sécurité d’approvisionnement en électricité, le ministre chargé de l’énergie peut interdire toute publicité lumineuse […] en agglomération et hors agglomération […]”. Chiche !

aux collectivités locales d’adopter des règlements locaux interdisant les publicités lumineuses : les villes ou communautés de communes “peuvent décider d’instaurer, dans des zones définies, des règles plus restrictives que la réglementation nationale”, par exemple dans le cadre d’un RLP (ou d’un RLPi).

aux entreprises privées de s’engager : bien qu’une meilleure réglementation soit nécessaire, nul besoin d’attendre ! Les acteurs privés, petits commerces ou grandes enseignes, peuvent dès maintenant s’engager à faire ce geste solidaire très simple.

En attendant que ces différents acteurs décident d’appliquer et de faire appliquer ces mesures de bon sens, nous irons nous-mêmes éteindre ces éclairages inutiles, toutes les nuits s’il le faut.

panneau C’est Pas Versailles Ici !
Extinction d’une publicité lumineuse dans la rue en pleine nuit.

Du constat d’une crise énergétique…

Après un an et demi de pandémie mondiale et d’arrêt de l’économie, la fin d’année 2021 a été marquée par une reprise rapide des productions industrielles et des services. D’énormes apports en énergie (gaz, pétrole, charbon) ont alors été nécessaires afin de couvrir cette reprise.

Cela s’est traduit par une augmentation importante des prix sur les marchés de gros (multiplication par 6 du prix du gaz en 2021, par 3 de l’électricité), et donc pour les particuliers (+100% pour le prix du fioul, +54% pour le tarif réglementé du gaz, +4% pour le tarif EDF de l’électricité…pour l’instant). Le gouvernement avait alors imposé un gel des prix du gaz et de l’électricité, et une augmentation de seulement 100€ du “chèque énergie” pour les foyers les plus précaires. Le prix du gaz n’est pas redescendu depuis et beaucoup n’ont jamais bénéficié de l’aide prévue. 

En février 2022, un second paramètre géopolitique est venu aggraver la situation : la guerre en Ukraine et les sanctions économiques qui diminuent drastiquement les flux gaziers vers l’Europe. Les prix de l’électricité étant indexés sur le coût de production de la dernière centrale à être mise en route (souvent à gaz), le prix de l’électricité sur le marché de gros a aussi explosé (multiplication par 10 en un an).

En France, la hausse des factures d’énergie pour les particuliers est en partie amortie par les mesures de “bouclier tarifaire” jusqu’à fin 2022, partiellement reconduites ensuite.

La dépendance française et européenne aux approvisionnements russes laisse craindre des pénuries à l’hiver (en plus d’une nouvelle hausse des prix), lorsque les besoins en éclairage et chauffage augmenteront énormément. De l’autre côté, les industriels de l’énergie, comme Total, font des profits records.

…à une crise sociale, une politique à deux vitesses

Le gouvernement et les grands patrons des entreprises énergétiques se tournent vers la population pour demander une « sobriété citoyenne » : baisser le chauffage à 19°C, éteindre les lumières des pièces non utilisées et couper le wifi en partant en vacances… Pour les 12 millions de Français·es qui ont eu froid dans leur logement en 2021, ce n’est pas la question.

Aucune mesure contraignante impliquant une baisse de consommation pour les entreprises et/ou un effort financier de leurs actionnaires n’est en revanche envisagée.

Une partie de cette consommation d’énergie s’apparente à du gaspillage, surtout lorsqu’elle pourrait servir à des besoins essentiels comme le chauffage. En effet, une partie des ménages se chauffe directement à l’électricité, mais même ceux qui se chauffent au gaz ou au fioul sont directement affectés, une partie de l’électricité en France étant produite à partir de ces énergies fossiles.

Nous dénonçons ici particulièrement les panneaux et écrans publicitaires lumineux, ainsi que les devantures de magasins illuminées après leur fermeture.

extinction eclairage 4 rogne 1 C’est Pas Versailles Ici !
A l’aide d’une perche, on peut atteindre le déclencheur permettant d’éteindre l’enseigne 😉

Le cas de la publicité lumineuse

En France, la réglementation impose depuis 2012 l’extinction des publicités lumineuses entre 1h et 6h du matin, pour les villes de moins de 800 000 habitant·es. Les villes plus grandes n’y sont pas soumises, mais leurs règlements locaux sont souvent déjà aussi stricts.

Le décret du 6 octobre 2022 généralise cette obligation d’extinction à toutes les villes. Il s’agit d’une des mesures phares du “plan de sobriété énergétique” du gouvernement. Or, on l’a vu, cela ne changera pas grand chose en pratique. D’ailleurs, le décret prévoit de nombreuses exceptions à la règle : les publicités dans les gares, les aéroports, les arrêts de métro et de bus pourront rester allumées pendant les heures de fonctionnement.

De plus, cette mesure ne répond nullement aux besoins du réseau français, qui connaît un pic de consommation entre 18h et 20h. Éteindre les lumières à partir de 1h, c’est bien, mais ce n’est pas la nuit qu’on risque de manquer d’électricité, et ce n’est pas la nuit qu’on brûle du gaz pour produire de l’électricité. Et puis dans les faits, impossible de savoir si des contrôles sont effectués ! On constate en tout cas que de nombreux·ses commerçant·es ne respectaient déjà pas la loi antérieure, et qu’aucun moyen supplémentaire n’est accordé aux mairies pour la faire appliquer.

Dans un contexte de crise énergétique, va-t-on risquer des coupures d’électricité pour que des écrans numériques diffusent la pub du dernier parfum de luxe à la mode ?

Dans un contexte de crise climatique, va-t-on importer de l’électricité produite à partir de gaz ou de charbon, et réactiver des centrales à charbon en France, uniquement dans le but de promouvoir un système de consommation qui nous amène droit dans le mur ?

La Convention Citoyenne pour le Climat avait pourtant fait une proposition à la fois simple et ambitieuse : l’interdiction de l’affichage publicitaire dans l’espace public extérieur ; proposition qui a été détricotée par le gouvernement, comme tant d’autres.

Cette mesurette relève d’un greenwashing politique, d’autant plus indécent que des millions de personnes ont des difficultés à se chauffer. Nous pourrions collectivement décider de mieux répartir cette énergie.

Nos revendications sont atteignables ! Et pour ça, nous avons besoin de vous !

💡Participer aux actions de la Phase 1 : “Mise en hors tension solidaire”.

Des actions de désobéissance civile avec peu de risques juridiques (extinction des enseignes lumineuses et panneaux publicitaires), mais également des actions de sensibilisation des commerçant·es sont prévues à partir du 17 octobre et se poursuivront tout au long de l’hiver.

Cliquez ici pour participer aux actions !

📱 Nous suivre sur les réseaux sociaux et liker/repartager nos posts :

Pour que cette campagne atteigne ses objectifs, on a aussi besoin de vous pour la diffuser !

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

✨ Vous représentez ou travaillez dans un commerce et vous soutenez ces revendications ?

Faites le savoir ! Plus de personnes et de commerces s’engageront dans cette démarche, plus cela en incitera d’autres. Contactez-nous par mail si vous souhaitez échanger: contact.cestpasversaillesici@protonmail.com 

💫 D’autres choses arriveront pour la Phase 2 : “Extinction des feux !” 💫

Soutenez-nous sur les réseaux !

Soutenez-nous dans le débat public !

Faites-vous entendre en rejoignant nos actions pour agir !

📮 Nous contacter : contact.cestpasversaillesici@protonmail.com 📮
c est parfois si simple rogne v2 C’est Pas Versailles Ici !
C’est parfois si simple 😉

Paru en premier sur Extinction Rebellion, plus d’info sur le site

Extinction Rebellion

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*