Search

Louis Chedid & Yvan Cassar et Wati watia

categorie sortir Louis Chedid & Yvan Cassar et Wati watia
Louis Chedid & Yvan Cassar et Wati watia

Louis Chedid  Yvan Cassar

Album : En noires et blanches

Louis Chedid revient avec un projet qui revisite son répertoire en pianos-voix avec Yvan Cassar, pianiste, chef d’orchestre, arrangeur de génie (Johnny Hallyday, Claude Nougaro, Charles Aznavour).

Publicité

Sur ce disque, Yvan Cassar multiplie les univers sonores : les chansons sont enveloppées de toutes les sensations que peut procurer le piano. D’Ainsi soit-il aux Absents ont toujours tort, les chansons courent en équilibre sur le fil de l’émotion. Intenses et légères. Comme si c’était la première fois.

Louis Chedid en parle : « Je compose plutôt mes chansons à la guitare, et l’idée de les entendre arrangées au piano par un tel virtuose m’a tout de suite attiré. Je suis un autodidacte complet et lui, outre sa façon de jouer de son instrument et d’arranger les morceaux, est un technicien hors pair totalement ouvert à l’univers des compositeurs. Nous ne pouvions que nous entendre. »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

50 min

Wati watia Zorey band

Album : Déliryom

Rosemary Standley et Marjolaine Karlin, dames d’épique autant que de chœur se sont rencontrées lors d’un concert où le maloya réunionnais résonnait à Paris. C’était en 2008, et leur fascination pour l’île, ses rythmes, sa langue née pour la poésie ne pouvait que les réunir. Un personnage aussi, poète majuscule et vagabond céleste, qui pour elles ferait figure de père spirituel – Alain Peters. Ou plutôt son fantôme, puisqu’il s’est éteint en 1995 frappé d’une crise cardiaque, laissant derrière lui une fille, et une vingtaine de chansons qui ont dessiné un horizon fécond pour tous les musiciens de la Réunion… et d’ailleurs !

Six ans après avoir donné naissance à un premier album (Zanz in Lanfèr, 2016), les deux chanteuses poursuivent ce grand voyage, explorant d’autres morceaux forgés au fil des concerts, toujours en compagnie du percussionniste et docteur des rythmes Salvador Douézy, et de nouveaux zorey qui les ont rejoints. Il y a Gérald Chevillon qui assure la basse au saxophone du même nom, Chadi Chouman en guitariste qui n’a son pas son pareil pour réveiller les couleurs de son orient natal, et enfin Jennifer Hutt, dont le violon énergique sait si bien rappeler les couleurs cajun de la Nouvelle-Orléans. Car même si ce nouveau disque raconte d’autres facettes du totem Peters, il s’aventure aussi vers d’autres terres créoles, d’autres îles où la musique et le chant sont bien plus que des divertissements : une manière d’être au monde.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

La chronique de Marion Guilbaud :

Nouveau titre inédit de Michel Berger

6 min

28 min

Pour en savoir plus, écoutez l’émission…

Podcast paru sur France Inter en premier. Pour retrouver tous les

concerts sur France Inter

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*