Search

Mathias Malzieu & Daria Nelson et Molly Lewis

categorie sortir Mathias Malzieu & Daria Nelson et Molly Lewis
Mathias Malzieu & Daria Nelson et Molly Lewis

Mathias Malzieu & Daria Nelson

Moyen-métrage et Bande originale : La symphonie du temps qui passe

« La symphonie du temps qui passe » n’est pas un album, ni un film, ni une comédie musicale, ni un recueil de poèmes,
dirait Magritte. Porté cœur et âmes par Daria Nelson et Mathias Malzieu, ce projet projeté à 360 degrés est pourtant exactement tout cela.

Publicité

Après avoir co-signé Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse aux éditions L’Iconoclaste – un premier recueil de textes et collages – Daria Nelson et Mathias Malzieu ont magnifié leur histoire personnelle aussi merveilleuse que douloureuse pour donner naissance à cette multisymphonie.

Côté musique, il s’agit de chansons pop cinématographiques symphoniques matinées d’électronica. La reine du bal et surprise du chef reste l’interprétation vibrante de Daria Nelson, tant sur la bande qu’à l’écran. Chanteuse et photographe exposée à Arles ainsi qu’aux Etats-Unis et en Allemagne qui prépare déjà un album solo, cette artiste est LA découverte de cette symphonie du temps qui passe.

Pour Mathias Malzieu, ce premier disque hors Dionysos en tant qu’auteur-compositeur (pour mieux y retourner plus tard) est un jalon aussi important qu’a pu être pour lui « La mécanique du cœur ».

À la ville comme à la scène

À la ville comme à la scène, Mathieu Malzieu et Daria Nelson se racontent avec la « Symphonie du temps qui passe », un album doublé d’un moyen-métrage. Dix chansons qui racontent leur histoire : leur coup de foudre comme les épreuves traversées. Un album enchanté, bourré de poèmes, d’images bricolées comme un rêve d’enfant. Un projet né lors d’une dispute pendant le confinement commente le raconte Daria : « On s’est disputé pour quelque chose de stupide et on a décidé d’écrire une chanson, et ça a été thérapeutique pour nous. » Les deux artistes se sont rencontrés dans le mythique café de Saint-Germain-des-Prés, Les Deux Magots lors d’une soirée hommage à Boris Vian.

Avant cela, Daria Nelson a quitté son Ukraine natale en 2016 pour suivre des cours de photographie à Paris. Mais c’est à partir de la rencontre avec Mathias Malzieu qu’elle prend conscience de sa voix. Évidemment, elle touchée de près par le conflit en Ukraine où son père et ses grands-parents résident encore : « J’ai des origines russes et ukrainiennes, j’espère seulement que l’Ukraine, aidé par l’Europe et les États-Unis vont gagner et que Poutine sera jugé. Pour encourager les Russes à ne pas se mobiliser, j’ai chanté en russe une version du « Déserteur » de Boris Vian. »

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

À travers cette symphonie, le couple aborde également des sujets personnels comme une fausse couche, explique Daria : « C’est une expérience très douloureuse. On avait besoin de raconter la réalité et pas seulement une belle histoire. On a essayé de transformer cette expérience en quelque chose de beau. Matthias a vraiment le don de transcender des choses difficiles en belles chansons. » Le chanteur de Dionysos explique : « Au départ, l’intention de l’album, c’était une comédie musicale à la Jacques Demy. Quand Daria est tombée enceinte, j’avais commencé cette chanson qui s’appelait « L’enfant fée », au moment de la fausse couche, la chanson n’était pas terminée. Ça a été le vrai virage, on a décidé de continuer la chanson, tout en restant au plus près de la réalité. »

Molly Lewis

Sur Mirage, l’artiste australienne basée à Los Angeles fait à nouveau équipe avec le producteur Tom Brenneck (Charles Bradley, Amy Winehouse) et accueille le virtuose brésilien de la guitare Rogê (Seu Jorge). Les six chansons voluptueuses et atmosphériques mettent en valeur le sifflet cinématographique et unique de Molly Lewis, et vont au-delà du pastiche « Western spaghetti-meets-neo-lounge ». L’âme de Brenneck et le pur style brésilien de Rogê contribuent à former l’œuvre la plus aboutie de Molly Lewis à ce jour, tant sur le plan sonore que conceptuel. Comme dans l’album Eden’s Island (1970) d’Eden Ahbez – dont Molly reprend le titre Nature Boy, Mirage est basé sur ses visions d’une île imaginaire flottant quelque part entre les rives de Los Angeles, du Brésil et de l’Australie.

Depuis 2015, date à laquelle Molly Lewis a remporté le Masters of Musical Whistling, elle est devenue une collaboratrice recherchée, et a travaillé avec La Femme, Sébastien Tellier, Dr. Dre, et bien d’autres. Elle s’est produite dans le monde entier, au Yuz Museum de Shanghai, au Festival de Cannes, et a tourné en Nouvelle-Zélande avec Neil Finn de Crowded House. À Los Angeles, les soirées qu’elle organise, le Café Molly, sont devenues un incontournable pour de nombreux artistes, on peut y voir parmi les habitués John C. Reilly, Karen O ou encore Mac DeMarco.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

La siffleuse australienne est plutôt avide de nouvelles collaborations. Elle a notamment participé à l’album « Paradigmes » du groupe La Femme : « Je les ai rencontrées à Los Angeles lors d’une fête. Ils utilisent beaucoup de musiciens différents des chanteurs d’opéra, de harpe, de banjo. » évoque-t-elle. Sa rencontre avec le sifflement s’est faite toute naturellement : « Mes parents travaillaient dans le cinéma. Et très jeune, j’adorais les bandes originales de films. Quand j’avais douze ans, j’ai écrit une lettre à Howard Shore, qui a composé les musiques pour les films de Cronenberg et ses musiques m’ont attiré vers la musique classique. Mes parents m’ont offert un disque de Steve The Whistler, un siffleur, j’ai réalisé quand sifflant sur ses chansons, j’étais aussi bonne que lui. Ça a été un moment décisif. Je me dis qui si lui avait un disque, moi aussi, je pouvais le faire. » Elle a également travaillé pour les musiques de jeux vidéo, mais également avec Dita Von Teese.

Mathias Malzieu et Daria Nelson en concert :

  • Le 27 janvier à Bruz
  • Le 28 à Saint-Avertin
  • Le 9 février, à Rance
  • Le 19 février à Achères
  • Le 2 mars à Nantes

📖 Le recueil de nouvelles de Matthias Malzieu « Un peu, beaucoup à la folie » est paru chez Harper Collins.

Molly Lewis en concert :

  • Le 26 octobre pour la release Party au Perchoir à Paris
  • Le 28 octobre Au Witloof Bar à Bruxelles
  • Le 6 novembre à l’Ubu de Rennes

🎧 Pour en savoir plus, écoutez l’émission…

1h 18

45 min

Podcast paru sur France Inter en premier. Pour retrouver tous les

concerts sur France Inter

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*