Search

Lukas Dhont : » Dans Close, j’ai filmé la tendresse d’une amitié masculine comme on la voit trop rarement »

categorie litterature Lukas Dhont :" Dans Close, j’ai filmé la tendresse d’une amitié masculine comme on la voit trop rarement"

Léo (Eden Dambrine) et Rémi (Gustav De Waele) ont 13 ans et sont amis depuis toujours. Un jour, survient un événement impensable qui va les séparer. Dès lors, Léo se rapproche de Sophie (Emilie Dequenne) la mère de son ami pour essayer de comprendre ce qui s’est passé.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Filmer comme un chorégraphe

« Les champs de fleurs, la nature m’ont donné la possibilité de montrer une image iconique de l’enfance et de l’innocence. Les deux enfants sont en quête de liberté au milieu de ces fleurs et de ces couleurs. Les fleurs sont aussi le symbole de la fragilité. Dans mon film, il y a beaucoup de métaphores, aussi bien dans les décors que dans les costumes. D’ailleurs, quand j’ai commencé à écrire, je me suis aperçu que j’écrivais plus comme un chorégraphe que comme un scénariste. J’essaie vraiment de trouver des visuels, des sons et des musiques pour transmettre ce que j’ai envie de dire.

Publicité

J’ai fait une école de cinéma dans laquelle on combinait le documentaire et la fiction, et je n’ai jamais choisi l’un ou l’autre. Quand je fais des films, j’aime penser qu’on est une équipe documentaire perdue sur un plateau de fiction. Les mouvements sont écrits, mais je donne aux comédiens la liberté de les changer s’ils estiment que c’est nécessaire. Je suis le tempo des comédiens comme un chorégraphe avec des danseurs. »

Un cinéaste bienveillant envers ses personnages

« Nous ne sommes pas habitués à voir un tel lien fusionnel entre deux garçons, il a quelque chose d’exotique. Cette « fusionnalité » nous intéresse, nous interroge, et nous donne envie de la regarder de plus près. Cette proximité est importante. D’une part, parce que qu’elle est belle, et d’autre part, parce qu’elle pousse les autres à vouloir interpréter cette sensualité, cette intimité comme une chose liée à la sexualité. Dans ce film, comme dans le précédent, il était important pour moi de parler de la force du groupe surtout à l’adolescence. De plus, en tant que scénariste, je suis toujours bienveillant envers tous mes personnages. Les adolescentes de mon film sont conditionnées à voir dans l’intimité des deux garçons quelque chose de sexuel, comme nous tous d’ailleurs. Pour moi, il est important de traiter les personnages antagonistes avec bienveillance. »

2Q== Lukas Dhont :" Dans Close, j’ai filmé la tendresse d’une amitié masculine comme on la voit trop rarement"

Lukas Dhont
Lukas Dhont

– DR/ Diaphana

Archives

Céline Sciamma, émission Hors champs, Laure Adler, France Culture, 19/03/2014

Jan Martens, émission La grande table d’été, Sébastien Thème, France Culture, 22/07/2022

Jean-Pierre Dardenne, émission Les masterclasses, Arnaud Laporte, France Culture, 25/05/2020

Références musicales

Woodkid, Run boy run

Juliette Armanet et Véronique Sanson, Une nuit sur son épaule

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*