Search

Simon Depardon : « Notre film révèle la parole d’une jeunesse qui pense un monde sans patriarcat »

categorie litterature Simon Depardon : "Notre film révèle la parole d’une jeunesse qui pense un monde sans patriarcat"
1200x630 xh0 thc Simon Depardon : "Notre film révèle la parole d’une jeunesse qui pense un monde sans patriarcat"

Dans toute la France, des milliers de jeunes femmes dénoncent les violences sexistes, le harcèlement de rue et les remarques machistes qu’elles subissent au quotidien. Marie Perennès et Simon Depardon les ont filmées quand, à la nuit tombée, armées de feuilles blanches et de peinture noire, elles collent des messages de soutien aux victimes, ainsi que des slogans contre les féminicides. Certaines sont féministes de longue date, d’autres n’ont jamais milité, mais toutes se révoltent contre ces violences qui ont trop souvent bouleversé leurs vies.

Le film s’accompagne de la parution d’un livre éponyme aux éditions du Seuil

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Un cinéma documentaire fédérateur qui laisse la place à la parole

« Comme beaucoup de gens, en rentrant un soir, on a vu un message collé sur le mur de notre immeuble. On a eu la sensation d’une rencontre ratée car la colle était encore toute fraîche, et les colleuses venaient juste de partir. La curiosité est née ce soir-là, on a eu envie de les rencontrer. On s’est vite rendu compte qu’il y avait des collectifs un peu partout en France, et a décidé de leur laisser la parole, de faire un film tribune, à travers le cinéma qu’on aime, celui qui ne fait pas d’interviews, un cinéma documentaire qui laisse place au direct et à la parole. On a révélé une beauté de la parole d’une jeunesse qui se sociabilise, qui se met à discuter et à imaginer un monde sans patriarcat.

On a voulu que le film soit tendre et bienveillant. La presse fait grand état des dissensions dans le féminisme, nous on a voulu être fédérateurs. Les genres se parlent, se respectent et amènent des questions très complexes. Le film ferait du bien aux personnes qui pensent que le féminisme fait du mal aux hommes : ce n’est pas du tout le cas. Au contraire, il permet de penser une forme d’égalité, et c’est assez jubilatoire de pouvoir imaginer une émancipation des femmes et des minorités de genres. Pour moi, le documentaire sert à monter que les gens se parlent. » Simon Depardon

Filmer une colère saine

Tous les collectifs qu’on a filmés sont intersectionnels, et c’est extrêmement intéressant de penser l’intersectionnalité comme un outil scientifique pour chiffrer les discriminations. Cet outil est nécessaire pour penser ce système de domination et trouver un moyen d’en sortir. Ces collectifs font cela pour arriver à une égalité, et ne plus avoir à justifier son genre, sa couleur, sa sexualité pour pouvoir exister. Ce chemin vers l’égalité, se fait aussi avec les hommes, parce qu’ils sont aux manettes de ce système de domination patriarcal. Tout le dialogue qu’engage le film c’est comment répondre à la violence faite aux femmes. On a voulu montrer qu’il y a une colère qui est saine. Le film est articulé comme ça. Au début, il commence par l’espace public, et par la façon dont on le pense. L’espace public l’est-il vraiment ? A partir du constat qu’une femme et un homme ne peuvent pas se balader de la même façon dans la rue, le film se déploie vers les autres inégalités, qui vont des violences sexistes et sexuelles jusqu’au féminicides, à la transphobie, et aux violences faites aux femmes racisées. Marie Perennès

Archives

Denis Gheerbrant, émission Par les temps qui courent, Marie Richeux, France Culture, 06/01/2022

Emission LSD . Mathilde Forget lit un passage d’un texte de Léonora Miano Ecrits pour la parole , France Culture   12/10/2022

Références musicales

Brigitte Fontaine, Vendetta

Floating points, Birth

Nathy Peluso, Mafiosa

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*