Search

Leonardo di Costanzo : « J’ai voulu saisir l’essence de l’humanité en chacun de mes personnages »

categorie litterature Leonardo di Costanzo : "J'ai voulu saisir l'essence de l'humanité en chacun de mes personnages"

Dans les montagnes sardes, une prison vétuste est en cours de démantèlement quand soudain, pour des raisons administratives, le transfert de douze détenus est suspendu et la prison doit fonctionner quelques jours encore avec une équipe réduite. Peu à peu, dans ce temps en suspens, prisonniers et gardiens inventent une fragile communauté.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Retrouver l’humanité à travers de petits gestes

« A chaque fois que je dois écrire une histoire, même si j’ai l’argument, je finis par mettre mes personnages dans un temps suspendu, une sorte d’intervalle. C’est comme si les gens, dépouillés de leur quotidien, de leur rôle révélaient leur véritable nature et expérimentaient leur humanité. J’ai besoin de libérer mes personnages des contraintes sociales, des convictions, comme s’ils étaient tous au point zéro. A ce moment-là, ils réagissent comme des êtres humains, il n’y a plus ni gardes, ni prisonniers. La prison est le lieu de la déshumanisation, d’un côté comme de l’autre. Il faut y être rationnel, surveiller et accepter de l’être, et petit à petit, entre ces deux mondes séparés, il y a parfois des petits moments de tendresse, et c’est ce qui est touchant dans ce monde de séparation. »

Publicité

La prison comme espace d’observation théâtralisé

« La prison du film est un faux architectural. L’espace rond qu’on a filmé et qui contient le drame et les cellules, n’est généralement pas un lieu de détention, mais c’est un lieu d’observation duquel on observe les autres. En fait, je voulais que cet espace extrêmement théâtral, avec ses arches, devienne une sorte d’agora où les gens se regardent. Gardes et prisonniers sont constamment en confrontation. Finalement, dans ce film, j’ai eu besoin d’entrer dans un univers un peu théâtral. »

2Q== Leonardo di Costanzo : "J'ai voulu saisir l'essence de l'humanité en chacun de mes personnages"

Leonardo Di Costanzo
Leonardo Di Costanzo

– DR

Archives

  • Michel Foucault , émission Les lundis de l’histoire , Roger Chartier, France Culture, 23/05/1977
  • Theo Angelopoulos , émission A voix nue , Françoise Arvanitis, France Culture, 17/03/1993
  • Roberto Rossellini , émission Le cinéma des cinéastes, Claude-Jean Philippe, France Culture, 08/02/1976
  • Lecture par Roger Chartier d’un extrait du Panoptique de Jeremy Bentham (1786)

Références musicales

  • Vasiliki Anastasiou , Si Trihas To Gefyri
  • BOF Ariaferma de Pasquale Scialo
  • Pavlos Carvalho et Vasiliki Anastasiou , Na’ Man Pouli

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*