Search

Samuel Achache :  » Dans nos spectacles, la musique fait action au même titre que le théâtre »

categorie litterature Samuel Achache : " Dans nos spectacles, la musique fait action au même titre que le théâtre"
Samuel Achache : " Dans nos spectacles, la musique fait action au même titre que le théâtre"

Le point de départ du spectacle  Sans tambour est l’effondrement : celui d’un couple, d’un foyer qui n’est plus que ruines. Les instruments d’un petit ensemble de musiciens sortis des décombres de la maison apparaissent comme la réponse joyeuse et comique à la reconstruction possible après un désastre.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Des Lied pour raconter l’effondrement

« On a voulu travailler à partir de ces Lieder de Schumann, parce qu’ils sont beaux et nous inspirent une possibilité narrative, en partant de l’effondrement d’une petite cellule intime : celle d’un couple. On voulait voir comment cet effondrement intime peut paraître répétitif, commun et banal pour les gens qui ne le subissent pas et comment par contre, il semble être la pire des douleurs qui puisse exister pour celui qui le vit. »

Publicité

Fusionner théâtre et musique pour créer un nouveau langage

« Pour ce spectacle, on a inventé un récitatif avec la voix des acteurs. Pour ce faire, on a utilisé la prosodie de leurs voix. On les a enregistrés, et ensuite, on a écrit de la musique à partir de la mélodie de leurs voix, de leurs paroles et de leurs rythmes. A partir de là, on a commencé à composer la musique et retravailler le texte. En fait, je voulais qu’on arrive à produire notre propre écriture de cette séparation, à la fois banale et tragique, et montrer comment la musique peut faire exister le gouffre de la séparation.

Le contrat que l’on tente de passer avec le spectateur, c’est que la musique va faire action au même titre que le théâtre, et que l’un ne va pas être au service de l’autre la forme qu’on tente de construire ne peut pas exister l’un sans l’autre. On cherche à construire un langage qui fasse exister théâtre et musique ensemble, une sorte de troisième voix. »

Archives

Vladimir Jankelevitch, émission Ecrits sur la musique, Claude Maupomé, France Culture,

Alain Françon, émission Hors champs, Laure Adler, France Culture, 19/06/2014

Références musicales

Robert Schumann, Liederkreis, op 39. Interprète Dietrich Fisher-Diskau

Robert Schumann, Frauenliebe und leben, op 42

Bonnie Banane et Flavien Berger, Contre-temps

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*