Search

Laurence Nobécourt : » Vieillir ce n’est pas facile, mais ça devient beau quand on arrête la lutte »

categorie litterature Laurence Nobécourt :" Vieillir ce n’est pas facile, mais ça devient beau quand on arrête la lutte"
1200x680 portrait 1 laurence nobecourt c sophie kandaouroff Laurence Nobécourt :" Vieillir ce n’est pas facile, mais ça devient beau quand on arrête la lutte"

Ce roman est peuplé d’innombrables voix qui communiquent entre elles de manière spirituelle et charnelle. Ce qui réunit des personnages venant d’Afrique, d’Europe ou encore des Etats-Unis est la lecture qu’ils et elles ont faite des livres de l’écrivain japonais Yazuki et la quête de son ouvrage mythique Opéra des oiseaux.

La poésie, ce rapport au monde

« Pour moi, la poésie n’est pas un genre, c’est un rapport au monde, et le poète a cette place de l’intériorité de celui qui permet qu’il y ait de la place. La poésie est un endroit dans lequel il peut y avoir des silences, de la solitude, tout ce qui fait que la vie intérieure peut se manifester. La poésie, c’est aussi une énergie qui a à voir avec la beauté, le vivant, et les moments où l’on sent qu’on atteint une dimension plus grande que soi. »

Publicité

La porosité de l’écrivain

« Je ne crois pas que les personnages décident du livre. Pour moi, l’écrivain travaille avec sa sensibilité, sa porosité. Je suis extrêmement poreuse aux êtres, aux lieux et aux atmosphères : je suis comme une éponge qui gonfle. Quand je crée des personnages, j’utilise des bouts de réel, en me servant de personnes rencontrées. Mais je crée aussi des êtres qui ne sont pas réels mais qui me donnent la possibilité d’augmenter la vie. »

La puissance de l’amour

« Je crois en l’amour, en cette puissance et je trouve que c’est quelque chose d’incroyable. Dans l’amour, il y a bien sûr du sexuel, parce qu’il y a l’autre et cette vibration, mais je ne pense pas qu’il y ait le corps d’un côté et le langage de l’autre. L’amour, c’est du corps qui se lie à du langage, de même que le langage est vraiment lié au corps. Pour moi, dans l’amour, il y a cette chose extraordinaire, qu’est la possibilité de la noce, et qui est le contraire de la conjugalité. »

Archives

Sylvie Germain, émission Du jour au lendemain, Alain Veinstein, France Culture, 03/04/2004

Régis Jauffret, émission LSD : écrire l’amour, Perrine Kervan, France Culture, 19/02/2018

Références musicales

Ryuchi Sakamoto, 20 msec

Mim, Contre toi

Johann Johannsson, End of summer, part 3

Blaubird, Les dieux masqués

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*