Search

Miquel Barceló : « C’est toujours comme ça, quand je veux peindre un western, ça se finit par un mélodrame »

categorie litterature Miquel Barceló : "C’est toujours comme ça, quand je veux peindre un western, ça se finit par un mélodrame"

Miquel Barceló mélange les techniques de dessins au fusain et rouleau de peinture sur de grandes toiles qui apparaissent comme des architectures de son espace mental. Dans « Grisailles » le plasticien espagnol explore sa peinture comme « pure pensée ». La grotte Chauvet, les animaux ainsi que la nature morte sont au cœur de cette exposition, comme la toile issue de la même série exposée au Louvre dans le cadre de l’exposition collective « Les choses, une histoire de la nature morte » qui se tient jusqu’au 23 janvier.

Visitez ici la galerie Thaddaeus Ropac

Publicité

2Q== Miquel Barceló : "C’est toujours comme ça, quand je veux peindre un western, ça se finit par un mélodrame"

"El cabrón", 2022
« El cabrón », 2022

– Miquel Barceló/ Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac/David Bonet

Un art pariétal contemporain

« Mon travail est une conversation avec la peinture occidentale, mais aussi, avec la peinture des cavernes et l’art pariétal. Je pense souvent que ma carrière est une course en arrière. Dans les années 82-83, ma peinture était celle d’un artiste européen contemporain, maintenant, je me considère comme un artiste beaucoup plus proche de l’art pariétal d’il y a 15 ou 20 mille ans. Comme le temps n’existe pas et que tout est contemporain, alors je revendique le fait d’être contemporain des grottes de Chauvet. »

Un rapport destructeur à la peinture

« Tous les jours, j’efface des tableaux, ou tout du moins une partie, j’ai du mal à m’arrêter de le faire car j’adore ça. Quand j’étais en Afrique, je faisais des feux avec mes tableaux, je trouvais ça très beau, et quand je suis dans mon atelier à Majorque, j’utilise mes toiles comme combustible pour faire des céramiques. J’ai donc souvent un rapport violent avec mes peintures, je mène une bataille avec elles. Pour « Grisailles », j’ai beaucoup cherché, je suis revenu de nombreuses fois sur les tableaux et j’ai enlevé beaucoup de choses au lien d’en ajouter : j’ai enlevé des couleurs, effacé des éléments. Finalement, beaucoup de ces tableaux sont des effacements. »

9k= Miquel Barceló : "C’est toujours comme ça, quand je veux peindre un western, ça se finit par un mélodrame"

"Mezza vita", 2022
« Mezza vita », 2022

– Miquel Barceló/ Courtesy Galerie Thaddaeus Ropac/ Charles Duprat

L’importance de faire

Ce que je veux créer, ce n’est pas tellement important, ce qui est important, c’est ce qui se passe. La peinture ce n’est que « faire » : faire, défaire, refaire, tout tourne autour de ce mot. Il faut être à l’atelier, et les choses se passent, ou pas. On attend, on efface, on n’efface pas, mais dans tous les cas, on fait.

Archives

Francis Bacon interviewé par François Leyritz, 21/01/ 1977

Jean Dubuffet, émission Peinture fraîche, Jean Daive, France Culture, 09/09/1998

Georges Braque, émission Couleurs de ce temps, Alain Trutat, RTF, 08/08/1953

Antoni Tapies, émission Entretien avec, Jean Daive, France Culture, 22/01/1985

Joan Miro, émission Couleurs de ce temps, Alain Trutat, RDF, 19/01/1951

Références musicales

Lhasa del Sela, El arbol del olvido

Jocelyn Pook, Red Song

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*