Search

Sylvie Verheyde : » Quand je filme, si je me méfie des mots, je sais regarder les corps »

categorie litterature Sylvie Verheyde :" Quand je filme, si je me méfie des mots, je sais regarder les corps"

Ce film est la suite de Stella sorti en 2008. 1985, Stella (Flavie Delangle) a maintenant 18 ans, la période du premier été sans les parents, durant lequel elle profite du soleil et des italiens avec ses meilleures amies. Mais c’est aussi l’année du bac, un diplôme qui peut décider de sa vie entière, d’autant qu’elle ne veut pas reprendre le bar de ses parents. Heureusement, pour se changer les idées, il y a les boîtes de nuit, les rencontres et l’amour pour rêver d’un autre monde.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Filmer l’énergie de l’adolescence

« Dans ce film, je voulais faire le portrait assez intemporel d’une adolescente, et je voulais vraiment être dans sa tête, et non comme un adulte en surplomb qui la regarderait. Je voulais retrouver l’énergie de l’adolescence où tout est hyper compliqué et hyper fort, un ascenseur émotionnel permanent. C’est un film assez autobiographique dans lequel j’ai essayé de retrouver des sensations, des émotions et des images qui m’ont marquées. Et parallèlement, à travers les comédiennes que j’ai choisies, j’ai voulu parler aux deux générations, la mienne et celle de la jeunesse aujourd’hui. »

Publicité

Le plateau comme un doux bordel organisé

« Je dirige les comédiens en créant un lien de confiance avant le tournage, en faisant des répétitions en binôme, parce que c’est compliqué quand on fait des lectures à plusieurs d’émettre des critiques. Je n’aime pas mettre les gens en rivalité, donc, on fait beaucoup de répétitions en amont. Mais sur le tournage, j’essaie de créer un climat où les acteurs se sentent bien. Avec le temps, ma manière de diriger est de plus en plus douce. Pour moi, la direction d’acteurs c’est vraiment du casting. Sur le plateau, j’aime beaucoup le bordel organisé, et j’essaie de créer une dynamique où on joue comme des enfants le feraient ».

Z Sylvie Verheyde :" Quand je filme, si je me méfie des mots, je sais regarder les corps"

"Stella est amoureuse" de Sylvie Verheyde, 2022
« Stella est amoureuse » de Sylvie Verheyde, 2022

– Michael Crotto

Le plaisir jubilatoire de danser en boîte de nuit

« J’adore la danse et je voulais restituer le plaisir de la danse et ce que cela a de puissant, et notamment la danse de boîte de nuit, où, pour ceux qui y dansent, s’y joue quelque chose d’important. En général, je ne suis pas nostalgique des années 80, mais la parenthèse des Bains Douches, cette boîte de nuit où les gens étaient mélangés, ça c’était vraiment dingue ! Tout le monde se retrouvait, et avait l’impression de s’inventer une arène, un théâtre, avec une grande liberté et une grande jubilation. »

Archives

Marguerite Duras, émission Microfilm, Serge Daney, France Culture, 26/05/1987

Didier Eribon, émission Du jour au lendemain, Alain Veinstein, France Culture, 10/12/2010

Jean Cocteau, émission Plein Feu Sur Le Spectacle Du Monde, RTF/ 1950

Références musicales

Drupi, Vado via

Indeep, Last night à DJ save my life

Citron Sucré, La Soif D’amour

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*