Search

Alex Beaupain et Quinquis

categorie sortir Alex Beaupain et Quinquis
Alex Beaupain et Quinquis

Contenus de la page

Alexis Beaupain

BOF : Les cadors

Alex Beaupain signe la musique de la comédie de Julien Guetta avec une allusion aux musiques de westerns par Morricone, un air de tango et un thème mélodieux à la guitare. Catherine Ringer signe la chanson de fin. On y entend aussi Philippe Lavil et Renaud.

Publicité

La musique du film est tendre sans doute parce qu’elle est mélodique. La présence de mélodies dans une bande originale m’est chère, car j’aime l’idée qu’en sortant d’un film, on puisse en fredonner les airs. Fatalement, quand on fait de la musique de comédie, il faut lutter contre l’idée qu’elle soit drôle en elle-même. En France, on a toujours en tête des références de grandes comédies populaires et Vladimir Cosma colonise nos souvenirs. Je crois que les airs de guitare solo qu’on entend de temps en temps dans LES CADORS sont des références directes à ce compositeur et notamment à ALEXANDRE LE BIENHEUREUX (une référence donnée par Julien). Cette guitare seule crée consciemment ou inconsciemment, pour les spectateurs qui ont vu un jour ce film, un terrain familier et promène la même tendresse.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Pour ce film, j’ai voulu éviter des thèmes qui auraient eu une fonction pléonastique. On y entend des thèmes qui fonctionnent par humeur plus que par personnage. Par exemple, un air de tango revient souvent. Le tango à Cherbourg n’a rien d’évident et pourtant, il correspond aux moments fantasques de Christian, ses concours de gifles, sa sortie de l’hôpital, etc. Ces thèmes accompagnent les humeurs des personnages en évitant d’être schématiques.

Quinquis

EP : AER

Émilie Tiersen a, durant deux albums et plusieurs années, fait de la musique sous le nom de Tiny Feet et est maintenant, avec la sortie de Seim et de son EP  connue sous le nom de QUINQUIS. Ce changement de nom est symbolique : il rend hommage à son histoire personnelle et familiale en faisant référence à son nom de jeune fille, tout en représentant un nouveau départ sur le plan musical. « Cela a été un nouveau départ sur beaucoup de plans », dit Émilie. « L’acceptation de soi a été une chose très importante pour moi ».

Quinquis en live / Côté club – « Ôg »

3 min

Qu’il s’agisse de forger un lien plus profond avec sa propre culture, son histoire et son identité, d’explorer de nouveaux terrains musicaux ou de devenir mère, cette période a été marquée par des changements importants. C’est à cette époque qu’elle a commencé à explorer de nouvelles idées. « J’étais en tournée avec Yann [son mari, Yann Tiersen] et notre bébé », se souvient-elle. «  Pendant la sieste de mon bébé, je me suis créé une règle : trouver une nouvelle idée dans chaque nouvelle ville. Dès le début, c’était un voyage. »

Quinquis en live / Côté club – « Setu »

5 min

La chronique de Marion Guilbaud – Et les nommés pour les Victoires de la musique 2023 sont…

8 min

Pour en savoir plus, écoutez l’émission…

Remède à la mélancolie

45 min

Podcast paru sur France Inter en premier. Pour retrouver tous les

concerts sur France Inter

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*