Search

Alain Gomis : « Dans ce film j’ai voulu retourner le point de vue porté sur Monk »

categorie litterature Alain Gomis : "Dans ce film j’ai voulu retourner le point de vue porté sur Monk"

En décembre 1969, Thelonious Monk arrive à Paris pour un concert salle Pleyel. Avant cela, il enregistre une émission de télévision dont les rushes ont été conservés par l’INA. Deux heures d’archives dont Alain Gomis s’empare pour dresser le portrait de ce grand artiste soumis à l’implacable machine médiatique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Faire d’un fouilli d’émotions, un film

 » En regardant ces rushs, je suis content de voir Thelonious Monk, tel qu’il est, et en même temps, je suis assez sidéré par la façon dont il est reçu. Il y a quelque chose de dérangeant dans la façon dont il est filmé, dans l’absence d’attention, et dans les questions qui lui sont posées. Il y a des choses qui me sautent aux oreilles et même si, au départ, c’est un fouilli d’émotions, j’ai tout de suite voulu en faire un film, pour remettre les choses en ordre et retourner le point de vue. »

Publicité

Un homme sans masque

« La particularité de Thelonious Monk, c’est qu’il ne triche pas, il n’utilise pas de masques. Il est d’une honnêteté permanente. Je l’aime et je l’admire, car j’ai rarement vu quelqu’un qui soit autant le même dans sa façon d’être, de parler ou de marcher, que dans sa façon de jouer. Ce n’est pas un bon client sur un plateau de télévision, parce qu’il ne va jamais répondre ce qu’il faut, ou remplir le trou pour remplir de trou. »

Les Nuits de France Culture

34 min

Un musicien maître de l’espace, du temps et du silence

« Même si la situation que l’on voit dans les rushs lui est très pénible, Thelonious Monk ne s’énerve pas, et pour se recentrer, il utilise, comme dans sa musique, l’espace, le temps et le silence. Ca lui coûte beaucoup d’énergie, mais par ses silences, il fait miroir à une situation insupportable. »

2Q== Alain Gomis : "Dans ce film j’ai voulu retourner le point de vue porté sur Monk"

"Rewind & Play, it's not nice ?" film d'Alain Gomis
« Rewind & Play, it’s not nice ? » film d’Alain Gomis

– Alain Gomis/INA

Entendre le musicien et faire entendre l’homme

« Finalement le seul objectif du film c’est de vraiment entendre Thelonious Monk jouer, avec de longs morceaux et de faire entendre tout ce qui s’est joué en dehors de la musique. Ensuite, mon travail de réalisateur et de monteur a été de trouver le moyen de mettre les rushs en puissance, de les travailler afin qu’ils apparaissent à l’endroit de leur puissance. »

2Q== Alain Gomis : "Dans ce film j’ai voulu retourner le point de vue porté sur Monk"

Alain Gomis
Alain Gomis

– DR

Archives

James Baldwin, émission Les chemins de la connaissance, Jean Daive, France Culture, 21/04/1987

Steve Lacy, émission Le rythme et la raison, France Culture, 11/10/1989

Références musicales

Thelonious Monk, Ugly Beauty

Thelonious Monk, Nice work if you can get it

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*