Search

François

categorie environnement1 François

image/svg+xml Group Group Created with Sketch.

Le mouvement Extinction Rebellion est aussi divers et riche que les rebelles qui y participent. Cet est espace « Parole de rebelles » est ouvert à toutes les contributions personnelles ponctuelles. Les avis exprimés ici par les rebelles sont personnels et n’engagent que leurs auteur·e·s et pas le mouvement Extinction Rebellion dans son ensemble (France et International).

François,

Nous te connaissions sous le pseudonyme francois777 et tu étais une figure marquante de notre mouvement. Tu nous avais rejoint en octobre 2019. Tu avais pu trouver avec nous une certaine forme d’apaisement dans la période difficile que tu traversais, au travers d’un engagement concret, généreux et inspirant, défendu avec conviction et humour.

Même si tu aurais certainement détesté être présenté comme cela, tu étais une sorte de personnification de la convergence des luttes, n’envisageant pas la lutte écologique pour elle seule, mais comme une part indissociable d’un tout, pour un monde tout simplement juste et viable.

Tu avais un long passé militant, avec des expériences « plus ou moins hasardeuses », comme tu le disais, et étais pour beaucoup d’entre nous une espèce de pierre angulaire, de repère, que nous étions sûr de rencontrer dans toutes les manifestations et sur la plupart des actions auxquelles nous participions.

Il n’était d’ailleurs pas rare que tu enchaînes plusieurs actions ou manifestations dans une même journée, comme lorsque tu avais trouvé une façon de quitter une manifestation Gilets Jaunes entièrement nassée pour pouvoir participer à l’ouverture de la « Maison des Peuples » à la Flèche d’Or, en novembre 2019.

La cause des migrant·es te tenait particulièrement à cœur, et tu étais très impliqué avec les collectifs d’aide aux réfugié·es, tels que « La Chapelle Debout » ou « l’Ambassade de Immigrés » à Paris.

ac4c8ba5bf56466a2509a68d065d9233c943b422 François

Cette cause, tu l’avais encore défendue avec le déploiement d’une écharpe sur la Marianne de la place de la République, aux couleurs de multiples pays d’origine de migrant·es, pour rappeler que toutes et tous les migrant·es devraient pouvoir bénéficier des mêmes dispositifs mis en place par le gouvernement français pour les réfugié·es venant d’Ukraine.

279707174 1086794845384847 2058907372271903455 n François

Tu t’étais aussi beaucoup impliqué dans l’ouverture du « H de Sainte Marthe » à Paris, un « espace d’entraide, de lutte et d’organisation dans le quartier de la place Sainte-Marthe », aidant « les jeunes », comme tu les appelais, à organiser et maintenir leur présence.

A tout cela tu associais aussi les luttes des peuples dans leur pays et combattait les injustices conduisant à des persécutions, des génocides : Egypte, Ouïgours, Afghanistan, Kurdes… et plus récemment Iran.

Tu avais terminé un livre, à paraître, intitulé « Droit au retrait », droit que tu as choisi d’exercer.

Ta personne, ta voix, tes écrits nous manquent terriblement.

Des camarades de route.

Témoignages personnels

Loushka

Je ne connaissais François que depuis quelques mois, puisqu’on a surtout eu l’occasion d’échanger pendant des réunions ou des actions à l’ambassade des immigrés depuis le mois de juin 2022. J’avais beaucoup d’admiration pour son dévouement dans cette lutte, pour son expérience militante comme pour sa modestie et sa gentillesse. Maintenant ce que je retiens en pensant à mes quelques discussions avec lui, et en parcourant ses billets sur Mediapart et son premier message sur la base, c’est son enthousiasme pour toujours découvrir et participer à de nouvelles formes de luttes qui lui semblaient porter un espoir de changement. Ce n’est pas si évident de rester enthousiaste ! Alors merci François de m’avoir montré que c’était possible, repose en paix.

Bisounours

François777 était un rebelle qui cachait un trésor dans un écrin abimé par la maladie : un cœur énorme
Il était actif sur beaucoup de luttes : maraudes, squat le H place Sainte Marthe, ouïgours, migrants et d’autres surement
Voici un message où il présente le H : https://organise.earth/xr-idf/pl/xsm88qzmwigm8k5fmc5nidpq9h
Nous étions nombreux à son procès pour ce squat au tribunal de Paris le 23/02/2021 puis 18/05/2021.
Il regrettait que le GL de Montreuil ait « un encéphalogramme plat » (comme il disait) alors il continuait XR avec le GL de Paris Est. Il ne lâchait rien !
Le départ de ce vieux loup de mer attachant m’affecte beaucoup.

Elicha

François a été une des premières personnes que j’ai rencontré au sein d’XR, très doux, très accueillant et d’une grande culture militante. J’ai beaucoup appris à son contact, merci à lui. Et je réalise ce matin qu’il faisait partie intégrante de mon paysage mentale au cours d’une manif. Je ne pense sérieusement pas avoir fait une manif depuis 3 ans sans l’avoir croisé, avoir échangé quelques mots. Il va me manquer dans les prochaines qui vont arriver, c’est certain 

Bêtise

Je pense avoir rencontré François la première fois sur une place d’Italie entièrement nassée sous une pluie de lacrymo, pour une manif qui n’a jamais quitté son point de départ. François avait une oreille déficiente, vous pouviez savoir si vous l’intéressiez s’il vous demandait de passer du côté de sa bonne oreille  Son engagement et sa culture politique était immenses, admirables. Je me suis énormément enrichi auprès de lui, il me manque déjà énormément.

Carabas

Pour ma part je crois l’avoir rencontré à Répu, à l’occasion d’une marche des solidarités. Pas de lacrymos ce jour-là, mais tout autant de CRS ; je confirme l’anecdote de l’oreille 😉 Nous nous sommes recroisés à l’occasion d’autres marches et de rencontres PEPPS et PEPS ; c’était quelqu’un de très investi et d’une grande humanité. Sa voix va nous manquer.

Wombat300

J’ai retrouvé une photo que j’avais prise avant une manif pour le jardin d’Aubervillers. Comme il aimait pas trop les photos il m’avait fait ce commentaire : « C’est sûrement un imposteur qui cherche à me déconsidérer ! »

Finette

Il avait beaucoup d’humour et pratiquait l’auto-dérision. Pour l’action devant l’ambassade d’Australie qu’il avait initiée, il m’avait contactée avant pour qu’on se retrouve sur place en amont. Voici son message pour m’aider à le retrouver au rdv : “Je ne sais pas si on se connaît, mais, pour me repérer, je suis un très vieux monsieur avec une paralysie faciale. Fastoche ! “
Je me souviens aussi de son implication pour des actions pour les Ouïgours.
J’étais toujours touchée de voir ses messages et appels pour la défense de lieux de réquisition citoyenne (mal nommés « squats ») et pour les collectifs de soutien aux personnes migrantes si malmenées en France.
Lorsque j’ai vu qu’il avait rejoint le canal sur l’Iran, cela m’a fait chaud au coeur. Récemment, il m’avait mise en contact avec un collectif iranien féministe et m’avait félicité d’un « Bravo pour ce que tu fais ». Je regrette de ne pas l’avoir mieux connu. Il va manquer aux militantes et militants de nombreux collectifs et à toutes les personnes baffouées, malmenées, dont il se faisait la voix.

Cousin

François, tu as choisi de nous quitter, après de longues délibérations à l’Assemblée des Moi, j’imagine. J’espère que le processus était juste, que tout le monde a pu avoir voix au chapitre, et que personne ne s’est senti lésé. J’espère que tu as un peu pensé à nous, aussi ; que tu savais à quel point tu nous étais cher, et à quel point tu allais nous manquer.
Tu as voulu partir, quitter un monde que tu as tant œuvré à rendre plus beau, en consacrant ton temps à la lutte, comme on s’occupe d’un jardin. Tu le faisais parce qu’il fallait bien que quelqu’un le fasse ; c’était une évidence pour toi.
J’ai toujours admiré ton éloquence, ton intelligence, ta fierté, ta justesse. Ta présence au sein du groupe local était cruciale. Avec toi, on apprenait, on désapprenait, on remettait en question ; tu n’avais pas peur de fâcher. Ou bien en avais-tu un peu peur quand même ? Tu avais, tu me l’as dit un jour, l’impression de déranger. Je crois qu’on n’a jamais réussi à vraiment te prouver que c’était tout le contraire.
Tu me manques François ; ne t’inquiète pas, on s’occupera de ton jardin pour toi, tu peux te reposer.

Toboe

On ne te verra plus sur nos outils numériques (bon tu les aimais pas trop, non ?), ni même « en vrai »
Même si on ne se connaissait que peu… je ne sais pas… c’est « jamais agréable » d’apprendre la mort d’un·e rebelle (désolé, j’ai pas envie de paraphraser ou d’euphémiser sur ce sujet, et encore moins dans ton cas). C’est ténu, mais bon… on est un peu d’une même communauté quoi… du coup… un peu « paf » après la nouvelle de ton décès.
Alors ce que je vais faire, c’est que je vais poser là 2-3 choses dont je me souviens avec toi, ça ne sert pas vraiment, ou alors qu’à moi même… j’espère que d’autres poserons quelques éléments, et sinon tant pis. Je veux rappeler des choses que tu faisais, de ce que tu apportais… même si ça peu sembler vain.
Quelques souvenirs
J’étais « bébé » chez XR et je tombe dans une réunion en ligne où tu étais, tu avais des propos très direct, sans concession, dans mes souvenirs les échanges sont très tendus et tu ne te dédits pas.
Je crois discerner une culture politique dense et chargé… mais disons le, ça m’a fait un peu peur et je n’aurais pas eu envie de me confronter à toi.
Fin printemps 2020, pour une affaire autour de la communication d’un procès, nous nous appelons, tu avais plein de chose à me préciser, et en effet, tu en savais long sur le militantisme. Je commençais à voir que nous avions quelques éléments de culture commune, ceci me rassura… mais bon t’était un daron.
L’appel a duré longtemps… je t’ai fais beaucoup répéter, je ne comprenais qu’un mot sur deux… et pour le coup, je n’ai su que plus tard que tu avais eu un AVC plus tôt dans la vie.
En juin 2021, sur Paris, à l’impasse Crozatier où j’ai été parachuté pour co-animé un briefe d’action alors que je n’ai jamais vu aucun·e rebelle parisien·ne en vrai, et que je sors juste de la gare, je vois 2 personnes arriver en face de moi devant le local, tu en fais parti , on échange nos pseudos et tout s’éclaire. La seconde personne te demande me concernant : « tu le connais ? », et tu dis quelques chose du genre « c’était mon chef », j’écarquille les yeux ><, tu as dis ça pour la blague (j’avais été coordo d’un groupe dans lequel tu étais), mais tu m’as séché sur ce coup là ^^
Nous sommes peu au briefe, ce qui laisse l’occasion de parler « au delà » de l’action, et bien sûr, c’est évident… oui, tu as un passif militant chargé, je te respecte pour ça.
La suite… c’est plusieurs échanges en ligne (encore au printemps dernier avec « l’habillage de Marianne 1 »), tu es très actif , les demandes pour des publications, des propos sur de l’inter-orgas… bref, c’est ce qui fait la plupart des relations que nous pouvons avoir en ligne : des demandes opérationnelles, mais finalement toujours faites dans un cadre « save » et plutôt « bienveillant » en ce qui nous concerne : merci à toi pour tout ce que tu as fais.
Je n’aurais finalement pas eu l’occasion de creuser des choses plus approfondie avec toi. Je pense que de toute façon, ça t’aurait bien encombré, du coup, c’est pas grave : de loin (et de donc de manière très biaisé) il me semble que tu as eu une vie bien chargée et dense… forcement remplis de joie et de souffrance.
Maintenant, tu vas te reposer, et nous on va continuer
« On » est là pour ça

Gorenda

Je reviens dans le monde du militantisme après une longue absence. J’avais prévu depuis longue date de reprendre contact avec toi. Et là, j’apprends que tu es parti. Je t’avoue que j’ai toujours du mal à y croire. Mon coeur est lourd lorsque je pense à ta disparition.

Je t’ai toujours vu comme un roc (malgré ta maladie), qui n’avait peur rien. Tu étais de toute les luttes, infatigable, courageux et solide. Tu es et seras un exemple à suivre.

Pour ma part, j’ai surtout appris à te connaitre dans les luttes de Saint-Marthe. Tu m’expliquais que chaque jour que tu passais là-bas était une riche expérience pour toi. Que cela t’avait fait grandir. De mon côté, c’est mon amitié à ton égard et mon respect qui grandissaient. Tu arrivais à politiser le fait de donner à manger à des personnes dans le besoin, les luttes anti-racistes, les luttes écologistes. J’ignore combien d’êtres humains ont pu manger et aller dormir le ventre plein, grâce a ton énergie et ton implication. Fin du monde, fin du mois, même combat.
Je salue aussi ton intelligence, ton ouverture, et ton amour pour le vivant.

Les actions ne seront plus jamais les mêmes sans ton drapeau qui flotte au vent, tu vas me manquer.
Mais le combat continu.

Don Pablo de La Vega

C’était un fort chouette type, et un sacré ( et drôle en plus ) révolutionnaire.
Il m’a convaincu de la possibilité d’avoir des cheveux gris et d’avoir la rage, l’amour et la lutte au cœur.
Hasta luego François !

Jbull Le Breton

Je le connaissais peu (pas assez au regard de sa grandeur d’âme) mais je l’ai souvent croisé en action…
C’est une belle personne qui s’en est allée, un compagnon de lutte. Repose en paix…

Anonyme

Je voulais te dire qu’je suis désolé, Je tenais à m’excuser
Ce n’est jamais trop tard parait’ il mais là j’avoue que tu m’fait douter
Sur infos IDF, chacun de tes posts me rassurait “XR n’est pas un mouvement de droite !” disais-je
Fiers de montrer les messages que tu assainais, Ils faisaient partie de notre paysage
Et comme tels je ne m’imaginais pas qu’un jour ils disparaitraient
Maintenant qui nous mettra au courant, en temps réel de ce que subit tel ou tel camp de migrants ?
Manquent-ils de couverture ? Et les enfants ? Tu nous montrais notre futur probable avec des exemples bien présents.
J’aurais dû plus t’aider, Au moins autant qu’tu la fais pour XR contre la haine
La plus grande sessions d’affichage de cette campagne fut la soixantaine que tu avais imprimé toi-même.
Chez XR parfois on se sent seul a prêcher ces “thème inter-orga”
Alors qu’il sont la réalité ici et maintenant, de gens vivant ce que l’on redoute pour nous-même
Souvent dans le même arrondissement.
Hier, aujourd’huis, demain.
Si nous avons le luxe de nous battre pour demain,
C’est bien grâce à celleux, qui ce sont battu.es hier et qui se battent pour aujourd’hui.
Toi, tu t’es battu sur les trois temporalités, rien qu’ça, soit disant handicapé
tu nous rappelais souvent le sens des priorités et ça personne ne pourra te l’enlever
Nous t’avons perdu, toi, l’allié qui disait la vérité. Qu’on avait du mal à entendre sous prétexte
qu’ellle était mal prononcée, par moment trop frontale et pas assez “culture régé”
Parfois tes interventions passaient mal vraiment François je suis désolé.
Parmi nous, bien souvent tu as dû te sentir isolé j’aurais vraiment dû être plus présent.
Un peu pour toi, mais beaucoup pour moi
Alors pour ne pas changer je fuirais ton enterrement, laissant à un ou une autre le soin de lire ma lettre d’excuse. Lâchement, comme j’ai fui tes appels pour les migrants, prétextant que je suis sur un sujet XR qui m’use.
Mais tu resteras dans ma mémoire pas de rebelles, mais de militant, comme un exemple a suivre
boussole dans tout ce bordel ambiant
C’est fou de voir à quel point tu m’as marqué alors qu’on ne ce connaissait pas tant qu’ça
ce n’est pas qu’ l’émotion n’croit pas ça certains meurent tandis qu’mes cille ne vacille pas
maintenant, homme vaillant s’il te plait repose toi.
Merci pour tout ton temps, pour ta veille permanente, merci à ta famille pour les
sacrifices de la vie militante. Tes mots resurgiront par moment dans mes tympans,
mais passe tout de même dans mes rêves de temps en temps.

Paru en premier sur Extinction Rebellion, plus d’info sur le site

Extinction Rebellion

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*