Search

Acid Arab et Citron sucré

categorie sortir Acid Arab et Citron sucré
1200x680 thumbnail tmp 2023012010060599853 Acid Arab et Citron sucré

Acid arab

Album : Trois

Publicité

Né de la rencontre entre Pierre-Yves Casanova, Nicolas Borne, Hervé Carvalho, Guido Minisky et Kenzi Bourras, Acid Arab a publié deux albums largement célébrés (Musique de France en 2016 et Jdid en 2019), créé une série de compilations, un label, imaginé des ‘concerts dessinés’ avec l’illustratrice libanaise Raphaëlle Macaron et effectué de nombreuses dates turbulentes à travers le monde.

Le collectif franco-algérien livre dix bangers, pépites composites enrichies de nombreuses variétés de la langue arabe. Wael Alkak, Cem Yıldız, Ghizlane Melih, Khnafer Lazhar, Sofiane Saïdi, Fella Soltana, Cheb Halim et Rachid Taha sont les huit chanteuses et chanteurs qui se sont joints à Acid Arab pour créer cet album incarné et cérébral. Gasba algérienne, transe anatolienne, dabkeh synthétique ou raï bionique… Après une décennie passée à voyager autour du monde, le collectif maîtrise ses cartes et se joue des territoires musicaux : “Nous sommes conscients d’avoir développé un principe de composition mais nous sommes attentifs à ne pas répéter une certaine formule à chaque album” explique le groupe. “C’est le rapport de travail avec les artistes qui nous pousse à emmener le concept encore plus loin.“

Le mix d’Acid Arab / Côté club

25 min

Tracklist du mix :

  • Ya mahla – ACID ARAB
  • Hedge fund trance (ACID ARAB REMIX) – BFRND
  • Nashwa – IMED ALIBI ft. KHALIL HENTATI
  • Cairo at night – THE ANGELS
  • Emo – ACID ARAB

Album Trois (2023)

Citron sucré

Single : Poupée de cire, Poupée de son

Citron Sucré c’est de l’électroclash aussi sombre que lumineuse, aussi « sour » que « sweet ». Chanteuse et musicienne russo-ukrainienne elle livre des performances chaotiques et habitées en jouant de l’electro punk fluo à la fois enragée et fragile et en chantant dans une variété de langues venant de ses racines sibériennes, russes et ukrainiennes. Les beats sont bouncy et dansants : les kicks techno, les snares aspirées et les synthés modifiés se mélangent aux percussions traditionnelles dans ‘La soif d’amour‘ par exemple, invitation à une transe hypnotique dans une ode aux sentiments aux accents de l’Est. A d’autres moments, des synthés dissonants se fondent avec des sons noise et des shakers sortis d’une boîte à rythmes, vous entraînant dans une spirale synth punk où l’on entend la jeunesse désenchantée crier. Jamais pour longtemps, le côté lumineux de « Citron Sucré » reprend le dessus pour rassurer et faire croire que ce n’était qu’un mauvais rêve, mais il reste toujours quelque chose d’inquiétant dans l’air.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.

Podcast paru sur France Inter en premier. Pour retrouver tous les

concerts sur France Inter

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*