Search

Baptiste Amann :  » Au théâtre, on peut explorer la parole qu’on ne dit pas »

categorie litterature Baptiste Amann : " Au théâtre, on peut explorer la parole qu’on ne dit pas"

Dans le huis clos de la salle des fêtes d’un village se joue d’histoire d’un trio de jeunes urbains récemment installés à la campagne. Leur nouveau projet d’achat d’une usine pour la rénover et y habiter est devenu le centre d’enjeux politiques inimaginables, et ils vont devoir trouver les ressources pour accéder à leur idéal.

Après Des Territoires – Trilogie, Baptiste Amann signe avec Salle des fêtes une création aux couleurs de notre époque et dans laquelle il nous parle de bien commun, de précarité, d’écologie et plus que tout d’utopie.

Publicité

Retrouvez toutes les informations sur le spectacle ICI.

Comment faire communauté

« Je me suis demandé comment représenter la communauté d’un village, et je ne voulais mettre en scène des archétypes hostiles à l’arrivée du trio. Je trouvais intéressant que cette communauté de village soit représentée dans sa bonne volonté. Dans le conseil consultatif, les gens réfléchissent quand même au moyen de vivre en commun et de faire communauté. J’ai voulu montrer comment, malgré ces bonnes intentions, vont apparaître les blessures et les fêlures de chacun. »

Le théâtre, une expérience empirique

« Le médium théâtre ne m’a jamais laissé tranquille quant à son approche. Je me demande toujours comment m’emparer de cet espace qu’est le théâtre. J’avance pas à pas dans l’apprentissage théâtral, et j’essaie d’y avoir un rapport empirique. Je vais d’une expérience à l’autre, et ces expériences construisent un parcours critique d’un spectacle à l’autre. »

2Q== Baptiste Amann : " Au théâtre, on peut explorer la parole qu’on ne dit pas"

"Salle des fêtes" , création de Baptiste Amann, 2023
« Salle des fêtes » , création de Baptiste Amann, 2023

– Pierre Planchenault

L’inégalité de l’accès aux mots

« Le rapport à la parole est terriblement injuste, car le langage est une porte d’accès à soi et à l’autre. Or, les gens n’ont pas tous le même accès à la possibilité de nommer ce qu’ils ressentent. Si je navigue entre différents registres de langage, c’est que j’ai la sensation que m’a été donnée la possibilité de nommer certaines émotions, cela à travers l’évolution de mon rapport à l’écriture. Il y a dans l’expérience de l’écriture, quelque chose de l’ordre de la révélation, et c’est ce que j’ai voulu montrer sur le plateau. »

Archives

Lionel Duroy, émission La grande Librairie, François Busnel, France 5

Antoine Bourseiller, émission Radioscopie, jacques Chancel, France Inter, 07/12/1970

Références musicales

Berk Icli, Bambino’s nap

Johnny Halliday, Diego

Lescop, La forêt

Paru en premier sur Radio France

Plus d’info sur le site de Radio France

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*