Search

Category Archives: Environnement

categorie environnement1 Lancement du Conseil national de la refondation Climat et biodiversité
Lancé vendredi 21 octobre 2022 par la Première ministre Elisabeth Borne dans le cadre de la nouvelle démarche France nation verte de planification écologique, en présence de Christophe Béchu, ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires et d’Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, le Conseil national de la refondation (CNR) Climat et biodiversité est dédié aux problématiques de transition écologique : nature, eau et biodiversité, logement, transport, aménagement du territoire, ainsi qu’aux problématiques de transition énergétique. Sous l’égide des ministères chargés de de la transition écologique et énergétique, il sera décliné en ateliers thématiques qui seront lancés dès le mois de novembre.
categorie environnement1 L’alimentation durable pour la FNSEA, c’est avis défavorable.
Campagne Changement de RégimeEn savoir plus Chapitre 5 Action contre le lobby agro-industriel de la FNSEA lors de la plénière du conseil national de l’alimentation à l’Assemblée Nationale Rebelle devant l’Assemblée nationale.©LeDuq Le mercredi 19 octobre 2022, plusieurs rebelles se sont cadenassé·e·s dans des socles du béton symbolisant la paralysie de nos politiques agricoles nationale et européenne que provoque l’influence de la FNSEA alors même qu’il est urgent de changer de modèle agricole. Prises de paroles d’Extinction Rebellion, de Sandrine Rousseau députée, et d’Antonin pour la Sécurité Sociale de l’Alimentation Cette action devant l’Assemblée nationale, où se tient la plénière du Conseil National de l’Alimentation, dénonce les blocages systématiques et l’influence néfaste de la FNSEA sur toutes les décisions visant à rendre notre alimentation et notre agriculture résilientes et responsables écologiquement. Le Conseil National de l’Alimentation (CNA) est une instance consultative indépendante, placée auprès des ministres chargés de l’environnement, de la consommation, de la santé et de l’agriculture. Le CNA contribue à l’orientation et à la mise en œuvre de certains programmes de politique publique de l’alimentation. La Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FNSEA) est membre du CNA. Elle est le principal opposant aux recommandations émises par le CNA pour améliorer la qualité et l’impact environnemental de la nourriture produite en France. Le CNA propose des avancées en termes d’information du consommateur, d’accompagnement ou de promotion d’une alimentation plus saine et plus écologique. Pourtant, la FNSEA continue à promouvoir le développement d’une agriculture intensive et productiviste afin de servir ses intérêts et ceux des industries agro alimentaires, phyto sanitaires et du machinisme agricole, au mépris de notre sécurité alimentaire, de la vie des paysans et en sacrifiant la biodiversité. Les rebelles se sont bétonné·e·s les pieds devant l’Assemblée Nationale ©LeDuq « FNSEA en présence, Démocratie sous influence » ©LeDuq Lorsque le CNA propose : de redéfinir les recommandations nutritionnelles officielles pour une alimentation compatible avec des systèmes alimentaires durables… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ de développer l’offre commerciale de produits et plats à base d’aliments d’origine végétale, favorables à des systèmes alimentaires durables, de bonne qualité nutritionnelle… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ d’augmenter progressivement le nombre de menus végétariens par semaine proposés en restauration collective privée et publique… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ de mieux informer les consommateurs sur les liens entre ce qu’ils consomment et la durabilité des systèmes alimentaires… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ de garantir une information juste et équilibrée et privilégier la documentation publique neutre et objective… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ de mettre en place un dispositif d’affichage environnemental pour les produits alimentaires qui encourage la consommation de produits d’origine végétale et de produits issus de modèles agricoles durables… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ de réduire les exportations de produits issus de modes de production non durable et pouvant déstabiliser les marchés et les paysanneries dans les pays du sud… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ de protéger au niveau européen les produits agricoles et alimentaires de la concurrence des produits importés ne respectant pas les normes sanitaires et environnementales… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ d’accroître les financements publics vers les modes de production en faveur de l’environnement, de la qualité nutritionnelle et du bien-être animal, en garantissant l’accessibilité financière aux consommateurs et une juste rémunération des producteurs… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ de réduire les financements publics pour les modes de production moins durables en définissant des critères d’exclusion dans l’attribution de ces financements… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ d’assurer plus de cohérence et traçabilité face à la multiplicité des étiquetages et de labellisation des produits… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ d’ agir sur les ressources financières des ménages pour permettre à toutes et tous l’accès à une alimentation saine et durable… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ intégrer au sein des applications d’information les impacts nutritionnels, environnementaux et sur la santé, le respect du bien-être animal, le mode d’élevage, la juste rémunération… …LA FNSEA S’OPPOSE ❌ Action en cours devant l’Assemblée Nationale ©LeDuq Extraits des prises de paroles Nous allons dans le mauvais sens. L’agriculture productiviste et intensive promue par la FNSEA ne fait qu’empirer la crise. Un·e rebelle d’Extinction Rebellion + Prise de Parole par Extinction Rebellion Comment peut-on être contre ces mesures de transparence, de consommation juste, équitable, locale, d’information aux consommateurs ? Ces positions, la FNSEA les tient au sein du CNA, mais aussi dans toutes les institutions, locales, nationales, européennes. Nous devons le montrer. Montrer que ces avis vont à l’opposé de ce que veulent les citoyens, et de ce que disent les scientifiques si l’on veut une planète vivable. Les intérêts privés de la FNSEA, ce syndicat surpuissant, sont défendus à tous les niveaux des institutions agricoles françaises et européennes : depuis les centres de formation agricole jusqu’à Bruxelles, en passant par les chambres d’agriculture, les institutions régionales, ou encore le ministère de l’Agriculture. Nous allons dans le mauvais sens. L’agriculture productiviste et intensive promue par la FNSEA ne fait qu’empirer la crise. Des fermes usines, avec des conséquences sur les animaux, et l’environnement, comme en Bretagne avec les algues vertes. Pollution de l’air, des sols, de l’eau. Cette eau qui est privatisée et captée par des mégabassines, pour des coopératives agro-industrielles. Cette agriculture pousse les paysans à s’endetter, s’empoisonner, s’appauvrir, pour produire toujours plus pour moins cher. Soutenons le Conseil National de l’Alimentation, poussons ses membres à être ambitieux, montrons que nous voulons aussi une alimentation locale, durable, végétale et accessible. Demandons que soit mise en place les conditions d’une véritable politique agricole respectueuse du vivant, des paysans et nous garantissant un futur viable. Exigeons que les décisions soient prises démocratiquement, en visant l’intérêt général, et non l’intérêt particulier. Agissons contre ce lobbying systématique au sein même de nos institutions et particulièrement à l’Assemblée nationale. Nos élu·e·s doivent faire le choix de l’intérêt commun et non pas celui d’une agro-industrie basée sur le profit et la productivité au détriment du vivant et de notre alimentation. Sauvons les agriculteurs, débarrassons-les de la FNSEA Sandrine Rousseau, députée + Prise de parole de Sandrine Rousseau Il y a une volonté du gouvernement de ne pas aller vers une agriculture durable, une agriculture qui soit respectueuse des animaux et des hommes qui la produise. On l’a vu très récemment dans le plan stratégique national français qui est remonté à l’Europe au moment de la politique agricole commune. Ce plan stratégique national ne faisait aucune mention du bien-être des animaux ou des conditions d’élevage. Il ne faisait aucune mention de la diminution de l’élevage en France et de l’amélioration de sa qualité. Il ne faisait aucune mention de la modification de l’alimentation. Pourquoi cela ? Parce qu’il sait qu’il y a des syndicats, et la FNSEA en est évidemment le principal, qui bloquent toute avancée vers une transformation de l’agriculture et pourtant on en a absolument besoin. Le rapport du GIEC nous alerte sur les dégâts irréversibles qui sont faits sur notre planète. Et l’alimentation est un des secteurs qui émet le plus de CO2. Nous devrions, si nous voulions vraiment faire cette transformation écologique, diminuer de 70 à 80%, de 70 à 80%, notre consommation de viande. Pour cela il nous faut aller vers une viande de qualité, et pas une viande industrielle, pas une production d’élevages industriels. Et il y a l’alimentation. C’est pareil. Nous produisons des amendements demandant à ce que l’option végétarienne ou végétale soit la première proposée aux élèves des cantines, par exemple dans notre pays, et à chaque fois, tout est décrédibilisé, ridiculisé. Nous voulons sauver l’agriculture, et précisément parce qu’il nous faut sauver l’agriculture, il nous faut la sortir des griffes de la FNSEA. Il y a une transformation absolument fondamentale à faire. Et aujourd’hui, ce syndicat, qui est un lobbying des plus gros producteurs, non seulement met en danger des plus petits producteurs qui s’endettent et sont victimes de cette course à la productivité, mais en plus il empêche toute avancée au niveau national. Donc voilà : sauvons les agriculteurs, débarrassons-les de la FNSEA. On est en train de travailler sur une proposition de sécurité sociale de l’alimentation pendant qu’ici, la FNSEA est en train de confisquer la démocratie Antonin, Sécurité Sociale de l’Alimentation + Prise de parole pour la Sécurité Sociale de l’Alimentation Je suis un militant pour la Sécurité Sociale de l’Alimentation, et partout sur les territoires on est en train de travailler pour une proposition de sécurité sociale de l’alimentation, pendant qu’ici la FNSEA est en train de confisquer la démocratie. La disparition des agriculteurs et des paysans au profit des entrepreneurs agricoles n’a eu de cesse de s’accélérer depuis 1946. C’est aussi la date de la création de la FNSEA. C’est un hasard. Peut-être ? En un peu plus de 70 ans, 1,9 millions de fermes ont disparu, ça fait 12 millions d’hectares. La sécurité sociale de l’alimentation. On réfléchit à un financement basé sur les cotisations sociales, à définir, pour alimenter ces caisses. Je vous invite tous à vous intéresser à cette proposition et également à rejoindre la dynamique, sur les territoires pour participer. Producteurs, agriculteurs, acteurs locaux, pour participer aux circuits courts, consommateurs, venez discuter avec nous. Cette action est associée à la campagne d’affichage “AVIS DÉFAVORABLE” REJOIGNEZ NOTRE CAMPAGNE POUR EN SAVOIR PLUS ET PARTICIPER À NOS ACTIONS DE DÉSOBÉISSANCE CIVILE. (CAMPAGNE CHANGEMENT DE RÉGIME)
categorie environnement1 Action contre le forum “toulouse zéro carbone”
Déploiement de Banderole sur le Capitole, #Toulouse pour le #ForumZeroCarbone Le vendredi 14 octobre vers 13h, de drôles d’oiseaux sont venus se percher sur les lampadaires en bordure de la Place du Capitole. Des rebelles ont grimpé sur 2 d’entre eux pour y déployer une banderole de 13m avec ce message “FORUM 0 AMBITION, 100 % GREENWASHING - COP21 à COP26, 5 ans d’inaction et ça continue” Dans le cadre du Festival “Toulouse Innovante et Durable” était organisé le forum “TOULOUSE ZÉRO CARBONE”; il ne s’agissait en réalité que d’une vaste opération de #Greenwashing sans ambition où des intervenants de tous bords étaient conviés pour présenter leur solutions miracles pour le développement durable… Parmi eux, les responsables même de la situation actuelle ; en effet, l’événement était organisé en partenariat avec TotalEnergies multinationale climaticide cumulant des milliards d’euros de profit, mais aussi LP Promotion et La Banque populaire Occitane … Nous ne pouvions pas rester sans rien dire face à cet énième opération de greenwashing scandaleux de Toulouse Métropole / Mairie de Toulouse. N’oublions pas que selon le bilan de mi-parcours du « Plan Climat Air Énergie Territorial » présenté le 20 janvier 2022, sur les 40 % de réduction des émissions de GES à horizon 2030, la métropole n’en prévoit que 9 % actuellement ! Ce forum qui annonce une ville “Zéro carbone, zéro exclusion, zéro pauvreté” ne s’associe pas à la réalité des projets d’envergure climaticides et antisociaux de Toulouse et ses alentours : autoroute Castres à Toulouse, Tour Occitanie, projets routiers de BUCSM et BUO, de la jonction Est, mais aussi expulsion récente du collectif Autonomie et destruction des immeubles du Mirail… ASSEZ D’HYPOCRISIE ! Justice sociale, Justice climatique MAINTENANT !!! Plaidoyer contre le forum “TOULOUSE ZÉRO CARBONE” Alors que Toulouse Métropole et les politiques locales déploient  toujours plus de projets écocides et antisociaux sur fond d’éco-blanchiment (greenwashing, mensonge qui laisse penser qu’ils font du bien à la cause écologique alors qu’il n’en est rien) – pour toujours plus d’inaction climatique, la ville rose se permet d’accueillir aujourd’hui le forum « Zéro Carbone » Une opération de communication supplémentaire en partenariat  avec des entreprises qui font partie  des plus polluantes de France : TotalEnergies, Banque Populaire Occitane ou encore LP Promotion…  Un forum pour une ville « zéro carbone, zéro exclusion, zéro pauvreté ». Quand on voit ce slogan sur la page d’accueil du forum « Toulouse zéro Carbone 2022 » , on a envie de rire. Et quand on voit les partenaires de l’évènement, on n’a plus doutes sur le fait qu’il s’agit d’une vaste opération d’éco-blanchiment  de la part de la métropole qui veut se dire « verte » - alors qu’elle mène une politique toujours plus antisociale et anti-écologique.  Ainsi, le bilan de mi-parcours du « Plan Climat Air Énergie Territorial » (PCAET) présenté le 20 janvier 2022 montrait qu’au lieu des 40 % de réductions des émissions de Gaz  à Effet de Serre en 2030 prévues, la Métropole n’en réaliserai actuellement que 9 % avec les mesures mises en place. Par ailleurs, la métropole et la région  ne cesse d’afficher leurs soutiens à des dizaines de grands projets de constructions ou d’aménagements au seul service des entreprises et du capitalisme. Pour ne détailler qu’un exemple, on peut citer le projet de l’autoroute A69,  censé relier Castres à Toulouse, en construisant une route parallèle à une voie déjà existante, grand chantier écocide et antisocial qui détruira plus de 470 ha de terres agricoles pour un aller retour à plus de 15€ … un projet combattu par le collectif La Voie est Libre qui propose par ailleurs un plan d’aménagement de la route existante. Mais ce serait oublier la multitude de projets inutiles et destructeurs sur la métropole et alentours, comme la Tour Occitanie, le projet du BUCSM entre Cugnaux et La Ramée, celui de la Jonction Est, les controversés plans de LGV Toulouse-Bordeaux et de ligne 3 du métro, d’une fourrière à Lafourgette ou encore de logements aux Pradettes alors que le collectif N.A.T.U.R.E Pradettes demande la construction d’une ferme urbaine… ou encore plus en périphérie, la construction d’une 3ème prison à Muret, l’abatage des 22 ha du bois de Tricou à St Orens et la ZAC du Rivel près de Baziège-Mongiscard… Toulouse continue également sa politique antisociale, dont l’exemple le plus criant est l’expulsion en août dernier d’une centaine de mineurs isolé.e.s du collectif Autonomie d’un logement qu’iels occupaient un EHPAD quartier Lardenne. « Une bonne nouvelle pour la république », avait osé prononcer le maire Jean-Luc Moudenc. Mais aussi avec la destruction progressive des immeubles au Mirail depuis 10 ans, alors même que les habitants s’organisent avec des architectes pour proposer des plans de rénovation moins coûteux ! Oui, mais il faut bien « changer les têtes »- comme dirait un des acteurs du projet cité par le collectif d’opposants « Pour la Défense du Mirail » Tant de projets écocidaires et antisociaux sans cesse décriés et combattus par des collectifs d’opposants…  Sans compter le soutien de la Métropole pour le développement du secteur aéronautique, quand développer le secteur aérien davantage  est un contresens à l’heure où l’on doit réduire drastiquement nos émissions de Gaz à Effet de Serre !  Et pour couronner le tout, certains des gros acteurs du capitalisme sont partenaires de ce forum, comme LP Promotion (secteur immobilier), la banque Populaire Occitane mais surtout… un des invités d’honneur n’est autre que TotalEnergies. Oui oui, l’entreprise très controversée  à l’origine de toujours plus de polémiques ; la multinationale aux super profits de plusieurs milliards d’euros – profits qui ne cessent d’augmenter  en parallèle de la crise. L’entreprise dont il a été révélé l’an dernier qu’elle savait depuis les années 1970 l’impact nocif à venir  de ses activités sur le climat et a usé de tous les moyens pour cacher les rapports et contrer les alertes scientifiques. L’entreprise qui prévoit de construire EACOP, un projet d’oléoduc décrié pour son impact  environnemental considérable – il rejettera près de 35 millions de tCO2/an  et provoquera le déplacement de 100 000 en Ouganda… Et bien sûr, entreprise dont les raffineries sont actuellement touchées par une vague de grève massive des employés  qui demandent des augmentations de salaires quand le PDG de Total, Patrick Pouyanné, gagne 6 millions par an et va verser un dividende supplémentaire de 2,62 milliards d’euros à ses actionnaires ! Nous affirmons notre soutien aux grévistes qui, contrairement à ce que la presse veut parfois faire croire, ne sont pas des privilégiés, avec un salaire autour de 2500€ pour des conditions de travail difficile, un métier qui expose à des produits  dangereux avec des horaires parfois en décalé… Un exemple criant de l’exploitation des travailleur.euse.s au service du capitalisme, même en France.  Nous dénonçons cette opération de greenwashing insupportable de la métropole et exigeons que celle-ci mettent en place de vraies mesures écologiques et sociales, ainsi que l’abandon des projets mortifères ! Ce forum  est un énième mensonge, et un énième cri de colère pour les collectifs qui connaissent l’urgence climatique et refusent de détourner le regard. Nous demandons une politique qui prenne réellement en considération les enjeux actuels.  Des solutions EXISTENT et elles sont RÉALISABLES, mais certainement pas par les responsables même de la crise !!  Extinction Rébellion Toulouse – le 14.10.2022
categorie environnement1 Classement de deux sites en Haute-Corse
Attachée à la protection des paysages et codifiée dans le code de l’environnement, la politique des sites vise à préserver des lieux au caractère exceptionnel et dont la conservation ou la préservation présente un intérêt général au point de vue artistique, historique, scientifique, légendaire ou pittoresque. Deux nouveaux sites de Haute-Corse sont classés : le site des Capi d’Occi et Bracajo, et le site de la Haute Vallée du Fango.